We're all our own tyrants in the end - Edric Knightfall

Edric Knightfall
Edric KnightfallChasseur émérite
Date d'inscription : 21/12/2018
Messages : 8
Profil Académie Waverly
We're all our own tyrants in the end - Edric Knightfall EmptyVen 21 Déc - 13:26

Edric Knightfall

Humans don't submit to fate. We shape it.

Nom & prénom(s) Knightfall Edric
Âge : 31 ans
Orientation : Hétérosexuel
Métier : Chasseur mis à pied
Que pense-t-il/elle de Catharsis ? : Best damn thing ever created
Avatar : Perturabo - 40k

« C’est un excellent chasseur mais je n’en voudrais pas en ami »
« Obsessionnel, oui c’est ça, obsessionnel ça le décrit bien »
« Bon gars au taff mais je préfère me passer de sa présence en dehors »
« Je ne le connais pas très bien en dehors mais c'est un excellent traqueur »
« C'est un type fiable mais bon sang il me fait flipper. Je sais pas ce que lui ont fait les proies mais il leur en veut vraiment »
«Il tourne pas rond mais on peut compter sur lui quand ça chauffe»

    Voilà ce que je vais vous dire de lui, c'est un bon chasseur, excellent même, mais un gars louche. Il va jusqu'au bout et même trop loin des fois et ça peut coincer avec les autres à cause de ça. Mais franchement j'aime bien l'avoir dans l'équipe, il est patient, précis, ordonné et il sait garder la tête froide. Il réagit bien quand ça devient tendu et ce salaud a de la jugeote à en revendre. Nan franchement comme collègue je me sens plus safe quand il est avec nous. Puis sans mentir, s'il y a un sale truc à faire il le fait lui même donc quand on a fini le taff on se sent moins coupable.
    Mais personne peut faire ça longtemps sans devenir maboule. Alors des fois on se demande s'il est toujours humains derrière. Personnellement j'y crois, je ne pense pas qu'il soit si détaché que ça, il est juste extrêmement dévoué à ce qu'il fait au point des fois d'oublier qu'il y a des lignes qu'il ne faut pas dépasser. Et de ce que j'ai compris il a ses raisons. De temps en temps on boit ensemble, pas au point qu'on se considère comme amis mais assez pour que je sache qu'il a encore une chance de s'en remette. Mais faudrait juste un truc pour le recaler dans le droit chemin. Vous voyez ce que je veux dire ?
L'ombre derrière la légende
"Hey réveilles toi mon gars on va pas tarder à fermer."
     Ses paupières s'ouvrent difficilement, luttant contre son engourdissement général. Le tas de papiers empoissés par l'alcool se décolle de sa joue pour retomber mollement sur le bar lorsqu'il relève sa tête. Merde, il s'est endormie sur le bois dégueulasse du comptoir. Sa bière trône toujours à moitié finie dans sa main sans qu'il s'en rende compte et il manque de s'asperger le visage en s'essuyant pour virer la bave et la bière séchée. Son cerveau ne comprend pas la moitié de ce qui se passe autour de lui, son esprit encore chamboulé par les brumes de la cuite qui trotte dans sa tête.

     Il essaye de se mettre debout, poussant maladroitement sur ses bras affaiblis par la fatigue, puis ses pieds touchent le sol collant du bar. A peine est-il levé que ses jambes le lâchent, sa joue se retrouve engluée sur le revêtement plastique du sol. Mais au moins il n'a pas mal, ça ça viendra demain, quand son corps aura purgé ce qu'il a ingurgité. Deux costauds le relèvent et le voilà qui babille des remerciements incompréhensibles. On lui recolle ses fesses sur le siège et le barman lui tend un grand verre d'eau et un café.  

 
"Avale moi ça, c'est sur la maison. Je peux pas te laisser rentrer chez toi comme ça, il fait trop froid pour que tu t'évanouisse sur la route et qu'on y fasse rien."

     Le geste du tenancier le laissa bouche bée. Quelqu'un était sympa avec lui, ça c'était rare, suffisamment pour qu'il essaye de se reprendre. Ses mains farfouillèrent dans ses poches à la recherche de sa minuscule boite en fer blanc. Il l'extirpa difficilement et manqua de se vautrer une nouvelle fois. Puis ses doigts patauds en sortirent un petit comprimé rouge, du genre de ce qu'il prenait pour garder les idées claires durant la chasse. Edric goba le stimulant et attendit que le cocktail chimique fasse effet, diffusant une douche chaleur dans son corps et le faisant redescendre légèrement. Puis il avala d'un trait le verre d'eau et fit signe au barman de lui en redonner un.
 
"Merci c'est sympa. Vous auriez pas un truc à manger ? J'ai de quoi payer.
-Pas de problème mon gars."

     Il déposa les billets froissés sur la table et l'homme en face lui servi une assiette. C'est à ce moment là qu'il se rendit compte qu'il était seul dans le bar. Les costauds s'étaient fait la malle, comme tous les autres clients, le laissant seul avec le barman. Il enfourna rapidement sa nourriture pour laisser l'homme finir sa nuit tranquillement aussi vite que possible.

"Je fini ça vite fait et je vous laisse fermer, vous inquiétez pas.
-Prend ton temps, j'ai pas envie qu'on dise que je laisse mes clients finir leur nuit mort saoul sur le pavé. D'ailleurs je te connais pas; t'es nouveau ici ?
-On va dire ça, je suis chasseur, je m'attarde pas trop ici. Mais je crois qu'on va se revoir.
-Pas de chasse en vue ?
-Nan, j'ai été mis à pied.
-Ah merde.
-Ouais c'est ça, merde."

     Le chasseur surprit le regard de l'homme, un regard de pitié chargé d'un peu de suspicion. Les chasseurs qu'on met à pieds sont rares, et ont assez souvent commis une bourde suffisamment importante pour qu'on les retire, au moins temporairement, du service actif. Et ouais il en avait commis une grosse. Mais parler de ça avec un barman n'était pas trop son genre. Le contenu de son assiette disparu encore plus vite, puis il avala une nouvelle capsule et quitta le bar, non sans laisser un pourboire très généreux au barman. Après tout il avait une grosse prime de fin de service à siphonner, et ce gars en ferait surement meilleur usage que lui.

     Dehors le froid l'aida encore à redescendre, l'hiver était là et mordait sa peau avec fureur. Son manteau ne le protégeait pas assez aussi se pressa-t-il d'atteindre son hotel. Il faudrait quelque jours avant qu'on lui confie des quartiers personnels, mais l'idée ne le réjouissait pas particulièrement. L'appart signifiait surtout que le terrain c'était fini pour lui.

     Il repensa à Johansson qui lui tendait les papiers et à son ton inquisiteur méprisant. Si ça n'avait tenu qu'à son supérieur, Edric serait en tôle. Mais les autres n'auraient pas été d'accord, bien qu'ils ne le soutiennent pas on ne laisse pas un camarade de combat finir aussi bas. Alors Johansson s'était résigné à le saquer et à le pourrir aux yeux de tous. Et il faut dire que ce salaud était bon à ce jeu là.

     Déjà qu'on le connaissait pour être du genre à aller trop loin au nom de la mission, mais là il se retrouvait marqué au fer rouge. Le gars qui avait tué une gamine en mission. Merde c'était trop con en plus, elle s'était mise entre lui et sa cible au dernier moment. Une erreur conne qui lui valait d'être rayé du service. Mais il aurait du savoir que c'était un risque qui ne valait pas d'être encouru, ils avaient raison. Et le reconnaître ça lui arrachait la bouche, la fin justifiait les moyens non ? C'est ce qu'ils disaient tous, pourtant c'était lui qu'on cassait aujourd'hui.

     Le caniveau le fit trébuché et il s'effondra face la première dans la neige glaciale, le gel brûlant sa peau exposée mais il ne s'en souciait pas anesthésié par l’alcool comme il l'était. De longues minutes s'écoulèrent avant qu'Edric ne se décide à se relever. Minutes qu'il consacra à réétudier les choix de toute une vie. Son départ de la maison pour contrecarrer les idées de son satané père, trop occupé à cacher ces maudits dieux pour voir que son frère allait mal, sa dévotion à la chasse, toutes les décisions difficile qu'il avait pris au nom de cette dernière, toutes les blessures qu'il avait récolté. En un sens il avait misé son humanité dans l'affaire.

     Lorsqu'il se releva, il n'était certain que d'une chose: quelque part il avait loupé un truc, et les seules choses qui pouvaient l'aider, c'était ceux qui se retrouvaient derrière les barreaux par sa faute. Une détermination brûlante l'envahit, tant qu'il était piégé ici il lui fallait corriger tout ça. Et pour cela il n'y avait qu'une seule façon, interroger ses anciennes proies.
Âge: 22
Comment tu as trouvé le forum ?Je ne répondrai que sous la torture !
Un petit commentaire ? Zavez pas vu la réponse précédente ?
Dana
DanaDéesse Celte de la Lune
Date d'inscription : 16/12/2018
Messages : 20
Profil Académie Waverly
We're all our own tyrants in the end - Edric Knightfall EmptyVen 21 Déc - 19:33
"Mais faudrait juste un truc pour le recaler dans le droit chemin. Vous voyez ce que je veux dire ?"
.......
DANA LE RAMÈNERA DANS LE DROIT CHEMIN ! J'ACCEPTE LE CHALLENGE !

J'aime profondément ton perso, mais genre.... Tellement ! Si tu as la motivation, je veux un rp à ta validation ! D8

_________________
Fée au pas blanc
Le Néant
Le NéantGénèse grouillante
Date d'inscription : 12/06/2018
Messages : 213
Profil Académie Waverly
We're all our own tyrants in the end - Edric Knightfall EmptySam 22 Déc - 10:40

Validé !

Bienvenue sur le forum

I smell tortured CHARACTER! Like it as HELL, HIHI.
Tu es donc validé sans aucune hésitation, évidemment!

Maintenant, libre à toi d'aller réserver ton avatar & ton appartenance non-humaine si tu... n'es pas humain (logique, merci Néant-obvious!) juste là!

N'oublie pas, également, d'aller lancer un dé pour avoir connaissance de ton premier pouvoir débloqué, juste là!

Également, pour finaliser le tout, si tu le souhaites, tu peux aller flâner du côté des relationships & des liens d'rps! Pour cela, il te suffit de te rendre ici!

Bon jeu parmi nous! ♥️
Le Néant.
Contenu sponsorisé
Profil Académie Waverly
We're all our own tyrants in the end - Edric Knightfall Empty