Notre Histoire

"Les Dieux, les Déesses, les créatures et leurs engendrés sont tombés. Tous, les uns après les autres, ils ont été condamnés par l'humanité pour les crimes qu'ils avaient commis. Enfermés dans une prison taillée spécialement pour eux, ils sont désormais sous la surveillance des humains afin de s'assurer qu'ils ne seront plus une menace pour personne.
Chacun des prisonnier se voit confié à une escouade humaine chargée de le surveiller; le remettre dans le droit chemin. Vont-ils arriver à faire de ces monstres des pièces indispensables au monde de demain? Telle est la question…”La suite

Nouveautés

05/01 Les WICKED WOLVES s'ajoutent au contexte! Consulter
10/10 Envie de nous parler? Le Discord du forum est juste là! Consulter
03/11 Les Top-sites sont là! Consulter

Coups de


Partagez|

There's a little bit of devil in her angel eyes - Persephone

Persephone
Déesse Greque des Enfers
avatar
Date d'inscription : 16/12/2018
Messages : 19
There's a little bit of devil in her angel eyes - Persephone Mar 18 Déc - 22:01

Persephone

A Queen will always turn pain into power

Panthéon d'origine / de rattachement : Greco-romain
Âge : OUF. Vieille. La vingtaine d'apparence.
Orientation : Mariée & amoureuse. De la même personne, incroyable dans le panthéon Grec, je sais !
Avatar : himemiya anthy + OC
Ils t'appellent Perséphone la douce, la tendre, des siècles après que ton histoire soit devenue mythe.
Ils te voient fragile, innocente, te dépeigne le teint d'albâtre et le poignet fin, vêtue de pastel et couronnée de fleurs.
Ils t'imaginent suppliante, négociant sans cesse avec Hadès pour le convaincre d'alléger ses châtiments, ignorant sans doute que tu règnes à ses côtés. Ils t'imaginent désespérée la moitié de l'année, soulagée de remonter à la surface l'été, ignorant sans doute la réalité de votre mariage.
Ils ne te représentent que comme la déesse du printemps et de la végétation, fille de Déméter, représentation grecque de la fertilité.

Ont-ils oubliés ?
Que si ton nom se rapporte aux récoltes, l'une de ses significations n'est autre que destruction.
Tu es pleine de contradiction Persy, et tu es un peu fatiguée qu'on l'oublie, parfois.

++ Protectrice ; douce quand elle aime ; romantique invétérée ; fieffée curieuse ; protectrice face à tout ce qui doit être protégée ; rire facile ; imaginative ; gaga devant les êtres vivants ; aimait tendrement l'humanité ; autant dire qu'aujourd'hui c'est un peu plus mitigé
-- Fière ; têtue ; rancunière ; intransigeante ; colérique ; crise facilement ; vraiment curieuse ; possessive ; déteste être restreinte ; gros soucis avec l'autorité parentale ; esprit de contradiction plutôt très développé


Pouvoir 1 : Fertilité -
Plante, arbre et fleur ; au contact de tes doigts fins, les feuilles poussent, les bourgeons éclosent, les fruits mûrissent. A l'époque où tu étais libre, ce pouvoir t'as permis de faire pousser un jardin au coeur même des enfers, là où rien ne vis, là où la lumière ne pénètre pas.
Pouvoir 2 : Peur -
Reine des enfers tu es, reine des enfers tu affirmes avoir toujours été destiné à être. Les châtiments des morts passent par ton imagination débordante et ta capacité à effrayer les âmes. Un pouvoir capable de pousser quelqu'un à la limite de la folie à son plein potentiel, quoi que peu utilisé, car épuisant.
Pouvoir 3 : Apaisement -
Entre tes deux vies, quelque part entre la douceur du printemps et la nécessité de ton statut aux enfers. S'il t'as surtout servi envers les plantes (le premier qui a le culot de te dire que les plantes ne ressentent pas se prend ton pied aux fesses) et les animaux dans un premier temps, tu l'as aussi beaucoup utilisé envers les âmes de ceux qui ne méritent pas de se faire torturer à jamais.
Il te permettait de les placer dans un état d'apaisement profond, à la limite de la distanciation de tout, une transe douce.
Tu rêve de pouvoir l'utiliser sur ceux qui t'entourent, simplement adoucir la douleur du manque ou de l'enfermement.
Entrave de Nihil : Un bijou de main, parti d'un anneau sur ton annuaire droit, décoré de fleurs forgées, apposée sur les chaines qui le lie au bracelet qui le termine.
Tu le trouverais très joli s'il ne signifiait pas que tu es enfermée
Avez-vous été capturé et, si oui, comment? : Curiosité et la mauvaise idée d'avoir une once de foi en l'espèce humaine.
L'ombre derrière la légende
Avant ta naissance déjà, la déesse de l'agriculture préférait vivre sur la terre des Hommes, lassée des querelles incessantes de ses frères et sœurs ; ta naissance n'a fait qu'accentuer sa volonté. Alors ta mère t'a élevée à l'abri des regards, sous le doux nom de Koré. La jeune fille.
Durant des millénaires, c'est presque le seul nom qu'on a utilisé pour parler de toi ; durant des millénaires, tu n'as connu que ta mère et tes amies nymphes, tes suivantes. L'Olympe te paraissait une légende au même titre que certains autres dieux de ton propres Panthéon ont pu remettre en cause la réalité de ton existence.
Rien d'étonnant à ça sachant comme Déméter tenait à te préserver. Tu étais inconsciente, à cette époque, de ce qu'elle craignait. Inconsciente de ce que la beauté ingénue peut provoquer dans un monde de déité.
Apollo et Aphrodite ont créé des scandales, des désastres pour moins que ça.
Quant à Zeus ... Erf.

Des millénaires de réclusion n'ont fait qu'accentuer certains traits de ton caractère. La curiosité en premier lieu, parce qu'on a jamais étouffé ce type de comportement en refusant de répondre aux questions de quelqu'un pas vrai ? Au fur et à mesure des siècles, tu t'es montrée de plus en plus pressante à découvrir le monde, les autres dieux, voire même aller au contact de ces humains peuplant le même monde que toi.
Et Déméter continuait à s'y opposer.
Aimante
surprotectrice, étouffante.
A tes yeux cette vie devenait prison, ta propre mère geôlière d'une cage aux barreaux invisibles et pourtant présents,
oppressants.

Tromper l'ennui marche un temps, quand le choix n'existe pas. Tu as continué à jouer ton rôle de déesse de la végétation, l'absence d'alternative adoucissant un tant soit peu ta réalité - après tout, quand on ne peut y échapper, pourquoi se blesser à rêver d'autre chose. Tes nymphes pour ami, tes plantes pour responsabilité ; cueillette, hybridation, soin, fertilisation.
Tromper l'ennui est efficace tant qu'aucune autre éventualité n'entre en jeu.

Ton éventualité à toi, ce fut lui.
Vêtu de noir de pied en cape, cheveux d'ébène caressant son dos, il ne fut d'abord qu'une ombre dans le coin de ton œil, perturbant ta quotidienne récolte de fleurs. A peine l'ébauche d'un questionnement, perdu dans les rires et discussions de tes amies.
Le teint pâle, le regard sombre, perdu sur toi, tu t'es retournée avec un naturel absolu vers l'étranger, perturbée par tant d'attention pour ta personne.


Les légendes décrivent Hadès comme entouré d'un halo menaçant, suivi de l'odeur des âmes des morts qu'il gère.
C'est l'odeur de l'inconnu qu'il t'a inspiré, l'attirance de l'interdit, comme une émanation de danger venant de sa personne et altérant tes sens.
Te poussant vers lui
Un peu plus
A chaque instant qui s'écoule.
Tu t'es retrouvée attirée, comme un papillon vers la lumière, la totalité de ton être suppliant, en lieu et place de tes paroles, imprononcées.
"Parle moi, emmène moi, montre moi"
"Laisse moi découvrir ta réalité"
"Enlève moi à la mienne"


Ils disent que tu as été enlevée de force par le dieu des enfers. Qu'il t'a piégée pour t'emmener.
Ils disent que Déméter a été alertée par ton cri. Qu'Hermès t'a vu te débattre sur le chemin des enfers.
Faux, faux, faux, faux, faux.
C'est ta curiosité qui t'as piégée, la seule surprise qui t'a arraché un cri.
A aucun moment tu n'as cherché à te dérober à ce magnétisme étrange qui t'as poussée à te laisser soustraire au monde humain.
Tu l'as suivi, Perséphone.

---

Tu as découvert les enfers comme une enfant découvre un monde inconnu. Avec bonheur, curiosité, émerveillement mêlé ; l'inquiétude du lieu venant comme un arrière goût, obligeant ton cœur à ralentir un peu, ton esprit à ne pas s'évader trop loin.
Tu as avancé, un pas après l'autre, dans ce nouveau lieu, ce nouvel univers, intégrant une information à la fois. Hadès à tes côtés, maître des lieux incontesté - ton regard incertain de s'il désirait carter les lieux ou le visage du dieu.
Les deux te faisant sentir si petite, innocente, si loin de la réalité.
La mort n'est pas quelque chose qui avait tellement eu l'occasion de faire partie de ta vie si ce n'est de loin, voyant tristement les êtres humains faner, les lunes passant.
Pourtant. Tu l'as étrangement bien embrassée, presque avec naturel. A croire que tu étais prédestinée à représenter la mort autant que la vie.
Paradoxe amusant quand on s'appelle
Perséphone.
Qu'importe que ta mère ait toujours préféré te nommer Kore.

Tu désirais, Persy. En savoir plus, en voir plus. Tu désirais sans réalisé à quel point tu pouvais être désirable dans cet environnement.
Pleine de couleur dans ce monde terne. Tellement vivante dans ce lieu de mort.
Dans l'illusion de noir et blanc que donne les enfers, ta peau caressée par le soleil, tes cheveux éclatant, tes yeux brillants, ressortaient d'autant plus.
Plus belle que jamais posé sur ce canevas froid.

Il ne t'as fallu que quelques jours pour adopter les enfers. - Des poussières ;
Quelque semaine pour y être chez toi. - Des secondes ;
Quelques mois pour tomber définitivement amoureuse d'Hadès. - Dans une vie qui dure des millénaires, quasi rien.

Tu t'es habituée si vite, si vite, aux divinités et créatures des lieux, au murmure incessant des âmes ; tes sentiments quelque part entre douce pitié et rationalité implacable : tu ne peux rien pour eux. Était-ce parce que tu n'avais perdu personne ? Que tu n'as jamais cherché à sauver une âme damné ? Ramener un mort à la vie ? Supplier Hadès d'être magnanime ?
Peut être.
Toujours est-il qu'il t'as fallu peu de temps avant de mettre ton nez dans son travail. Donner ton avis sans attendre qu'il ne te sois demandé.
Tu t'es découvert une imagination morbide assez développée pour les châtiments de ceux qui peuvent le mériter, y associant un sentiment de justice, de satisfaction étrangement élevé.
En moins de temps qu’il n’en faut pour le dire, tu étais prête à défendre corps et âme le travail de celui qui devint entre temps ton époux ; aussi investie que lui à régner sur ces lieux.

---

“Aux enfers, surtout, ne touche pas la nourriture ! Rien qu’un grain de grenade suffirait à t’y enfermer à jamais”

Il y a des adages humains qui marquent, parce qu’il est facile de sentir qu’ils sont emprunt de vérité. Tu n’avais pas véritablement fait attention à celui-là quand tu étais sur terre. Il ne t’es pas venu à l’esprit alors que tu as élu domicile ici.
Maintenant que Déméter exige ton retour, que Zeus ose mettre son nez dans vos affaires - Comme s’il avait un quelconque droit sur ta personne ! - qu’Hommes et dieux rejettent sur Hadès ton absence du monde d'en haut …
Tes doigts effleurent pensivement la coque d’une grenade.
Rien
Qu’un grain.

Tu auras eu le temps d'en ingérer tout juste sept avant que le dieu des dieux ne vienne te retirer aux enfers. Hurlante furie se débattant, crachant au pied de celui pourtant censé être ton père venu te ramener à ta mère.
Foutaise !
Si enlèvement il y a eu, c’est bien celui-ci.

Si des mois ont suffit à te faire aimer les enfers et leur dieu, des millénaires se sont écoulé depuis ton sourire satisfait lorsqu’ils se sont rendu compte qu’ils étaient forcé de te laisser rester avec lui, au moins en partie. Pourtant tu ne leur a toujours pas pardonné de t'arracher à ton chez toi six mois chaque année.

Si seulement tu avais pu en manger quelques uns de plus …

Pendant un temps, adoucir le sort que l’humanité subissait en dommage collatéral était une consolation.
Plus aujourd’hui

---

Souillée.
Zeus n'aura eu de cesse de te faire hurler.
Zeus n'aura eu de cesse de te faire jurer.
Zeus a éveillé la colère d'Hadès.
Et la tienne.

Tu n'es pas loin d'être convaincue que laisser ton époux régler les choses ne soit la manière douce.
Ton option à toi était plus proche des techniques employées par le dieu du ciel sur son propre père.

Tu es presque sûre que tu aurais pu gagner le soutien d'Héra au passage - et de la moitié de ce qui est féminin dans cet univers

---

Des siècles de crise d'adolescence passés, il reste une plaie béante, purulente et douloureuse, entre ta mère et toi. Une blessure dans votre relation que tu la laissais à peine commencer à essayer de panser.
Vous passiez l'essentiel de tes six mois sur terre à vous réapprivoiser ces dernières années. Elle lâchant du lest, commençant à comprendre que sa fille est une femme, pas une enfant fragile. Et toi, toi essayant d'assimiler le fait qu'elle voulait ton bien.
Même si une part de toi continue à marmonner que l'enfer est pavé de bonne intention, pas vrai ?
Mais tu tentais, petit à petit, de la laisser revenir vers toi.

Dommage que tu aies été insouciante, une fois encore.
Les choses se passaient bien. Et tu voulais en profiter. Pour en voir plus.
Tu as toujours eu soif de savoir.
Tu avais vaguement entendu parler des révoltes humaines à votre propos, voyant passer certaines âmes s'étant essayé à capturer une créature trop grande pour eux. Il ne t'es pas vraiment venu à l'esprit qu'il s'en prenne à toi.
Différente des représentation. Déesse mineure. Reine oubliée.
Pas tant que ça visiblement.

Tu n'as pas hésité à tuer.
Pas pour défendre ta liberté.
Tu espères sincèrement qu'ils subiront le courroux d'Hadès.
Maintenant qu'ils sont passés par le tien.
Tu ne t'en veux même pas réellement.
Certainement pas maintenant qu'on te pose de force le Nihil tandis que tu rends coup pour coups, que tu jure et te débat, que tu crise, frappe et mord.
Les seules supplications que tu as émises furent silencieuse et à l'adresse de ton époux. Qu'il te libère, qu'il te venge.
Qu'il reste sauf.
Que tu puisses le retrouver rapidement.

---

Quand tu as vu Cerbère dans cette foutue prison, tu lui as sauté au cou assez littéralement. Attrapant son visage entre tes mains fines, l'examinant sous toutes les coutures.
Cerbère est un peu ton enfant au fond, adopté comme tant de ceux qui peuplent les enfers, lors de ton temps passé là-bas.
Tu as longuement observé son apparence humanisé, soufflant entre tes lèvres à peine entrouvertes un commentaire désobligent à propos de l'égo des Hommes. Et puis tu l'as serré contre toi
la poitrine serrée d'une terrible mélancolie.

Tu redescendras un jour, tu es prête à le jurer sur ton propre nom.
Et ce jour là, les hommes apprendront à craindre Perséphone autant qu'ils ont pu craindre Hadès.

Âge: 24 ans !
Comment tu as trouvé le forum ? *pointe Kratos du doigt* Pour ne pas changer  keur
Un petit commentaire ? POUTOUX TOUT DOUX


Dernière édition par Persephone le Sam 22 Déc - 10:56, édité 5 fois
Voir le profil de l'utilisateur
Dana
Déesse Celte de la Lune
avatar
Date d'inscription : 16/12/2018
Messages : 20
Re: There's a little bit of devil in her angel eyes - Persephone Jeu 20 Déc - 23:16

Poutoux tout doux sur ta perfection
Tu sais ce que je pense de ta fiche, mais dam. Epouse moi ! *fuit en notant la progression de Hadès*

Bienvenue jolie petite Persy !

_________________
Fée au pas blanc
Voir le profil de l'utilisateur
Persephone
Déesse Greque des Enfers
avatar
Date d'inscription : 16/12/2018
Messages : 19
Re: There's a little bit of devil in her angel eyes - Persephone Ven 21 Déc - 14:01

Merci !
Love sur toi Danamour !


ET JE CROIS. QUE C'EST FINI
Voir le profil de l'utilisateur
Le Néant
Génèse grouillante
avatar
Date d'inscription : 12/06/2018
Messages : 147
Re: There's a little bit of devil in her angel eyes - Persephone Sam 22 Déc - 11:29

Validée !

Bienvenue sur le forum

Je pense que tu sais déjà à quel point on est tous fan de ta petite percy-choue. Ta plume, ta fiche, tout est parfait ici ♥️♥️
Tu es donc validée sans aucune hésitation, évidemment!

Maintenant, libre à toi d'aller réserver ton avatar & ton appartenance non-humaine si tu... n'es pas humain (logique, merci Néant-obvious!) juste là!

N'oublie pas, également, d'aller lancer un dé pour avoir connaissance de ton premier pouvoir débloqué, juste là!

Également, pour finaliser le tout, si tu le souhaites, tu peux aller flâner du côté des relationships & des liens d'rps! Pour cela, il te suffit de te rendre ici!

Bon jeu parmi nous! ♥️
Le Néant.
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
Re: There's a little bit of devil in her angel eyes - Persephone

There's a little bit of devil in her angel eyes - Persephone
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» [Annulé] BlAcK-DeViL-
» Devil Dinosaur & Moon Boy
» disparition de red::devil
» Règles Devil's Cauldron
» meeting with the devil.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Registres :: Fichiers :: Fichiers conformes-
Sauter vers: