Dana | Princesse disney à la dérive

Dana
DanaDéesse Celte de la Lune
Date d'inscription : 16/12/2018
Messages : 20
Profil Académie Waverly
Dim 16 Déc - 12:29

Dana

For the Dancing and Dreaming...

Panthéon d'origine / de rattachement : Celtique / Gauloise
Âge : Petite vieille
Orientation : Cernunnos, Always.
Avatar : Weiss Schnee (RWBY)


Le pas gracile, suspendu dans un éther dont jalousait les nymphe et muses, Dana semblait couronné par les étoiles et épouser ce statut divin, qui lui valait aujourd'hui tant de haine, sans grand mal il fallait l'avouer. Même prisonnière de cette cage de chaire dont elle se plaisait parfois à vêtir les traits pour approcher les Hommes et se mêler à eux, la belle ne parvenait à réellement passer inaperçu, entraînant au cœur de ses danses et chants la convoitise de certain et l'attention particulière des autres. Elle ne restait pourtant jamais bien longtemps, se contentant de jouer au gré des notes que lui offrait le Temps ce rôle de voyageuse éprise de liberté, viscéralement accroché à cette beauté qui paraît les forêts et plaines celtiques pour en chérir toutes les formes. A cette époque là, il était vrai, cette déité millénaire demeurait sensible à la beauté du monde, exaltée par les affres des saisons ou la croissance des cultures sur lesquelles elle veillait sans un mot. Avait-elle craint les famines ? Peut-être plus que les Hommes eux-même, spectatrice séculaire d'un cycle qu'elle ne connaissait trop bien. Aussi, il fut un temps, il n'était pas rare de voir son ombre drapé d'or et nacre errer le long des champs pour renouer avec sa condition de déesse de la fertilité, ravivant d'un mouvement tranquille les cultures flétrissantes avant de disparaître au sacrement de l'aurore. Une habitude désintéressée qui était, parfois, remercié par un petit panier déposé sur son itinéraire. Le plus souvent, ceux-ci contenaient des pommes dont elle raffolait mais, parfois, d'étrange objets venaient heurter son regard trop curieux. Statuettes, bijoux de métal, Dana ne connaissait leur symbolique mais n'avait jamais pu réprimer ce délicat sourire venu nicher sur ses lèvres. Hélas, les prières et chants venu sanctifier ses airs d'enchanteresse n'avaient jamais suffit à l'attacher à un lieu donné. Dana n'avait, à dire vrai, jamais aimé s'enchaîner à un lieu alors, s'il était vrai qu'elle finissait toujours par nicher sous un sorbier de Brocéliande ou tout contre le cœur de Cernunnos, trouvant refuge auprès de sa tranquillité si rassurante pour la couronner d'un dictame baisé, sa curiosité lui intimait de nouvelles explorations et un retour auprès des Hommes qu'elle veillait avec tant d'attention. Pourquoi fallait-il qu'elle éprouve un tel amour pour leurs arts et progression ? Une bienveillance qu'elle ne pouvait se résoudre à taire, même lorsque les cultes en son honneur vinrent échouer dans l'oublie et ses limbes ? Même lorsque la technologie vint condamner ses pas autrefois si gaies...

Maternelle. Peut être est-ce là l'adjectif qui définissait le mieux cette mère des dieux. Un adjectif qui semblait tomber sous le sens et qui composait pourtant autour d'une multitude de sentiment parfois contraire. Si certains dieux oubliaient leur descendance bâtarde ou divine, Dana n'avait jamais su occulter de son esprit les noms des siens et, s'il était vrai que ses enfants légitimes s'inscrivaient dans une lignée divine, le chemin de la déesse lunaire avait souvent croisé le destin de mortel venu confier au clair de son astre des enfants parfois trop jeunes pour embrasser une survie autonome. Les temps étaient parfois trop durs pour les Hommes et Dana avait toujours vu en cet acte d'abandon une preuve de la confiance qu'accordait les mortels à leurs déités. Ils savaient qu'elle veillerait sur le visage émacié de ces enfants, n'est-ce pas ? Alors, lorsque l'enchanteresse au pas blanc ne pouvaient décemment assumer son rôle de gardienne, il lui arrivait de tendre ces bénédictions mortelles aux fées qu'elle se plaisait à côtoyer. Pourtant, jamais elle ne s'était résolu à les perdre véritablement de vue. Contemplant amèrement la griffe du temps creuser leurs rides et briser les liens du destin... Beaucoup aurait préféré oublier et peut-être aurait-elle dû céder aux lacunes de sa mémoire, peut être que ceci aurait épargné à son cœur des souffrances prévisibles...

D'un naturel délicat et placide, la mère de Lir n'a jamais pu prétendre à un tempérament guerrier digne d'Epona et pourtant, il faut croire que ses voyages et son tempérament sociable ont fini par lui forger une réputation diplomate et douce. C'était une femme compréhensive et enjoué qui avait toujours préféré les rires aux cris, dispensant quelques mélopées, une caresse au bout des doigts, aux âmes blessées ou craintives pour les guider jusqu'aux frontières d'un apaisement qu'elle chérissait au plus haut point. Peut-être était-ce pour ceci qu'elle s'était liée à Cernunnos ? Si elle s'était toujours senti minuscule là, niché tout contre lui, il demeurait le seul des déités rencontrés capable de contrer ses plus grande peur et ce, d'un simple et unique regard. Jamais rien de négatif n'aurait pu souiller son dictame épiderme n'est-ce pas, pas tant que le dieu cornu se trouvait sur son chemin. Hélas elle était têtue la jolie Dana, désespérément accroché à ce sursaut de liberté que tous semblaient aujourd'hui condamner, désespérément confiante quant au respect de sa nature divine.

Elle ne supporte pas l'enfermement où l'idée de ne pouvoir entamer une balade sous les étoiles et, si son insubordination semble avoir été brisé par un long séjour en isolement le jour de son arrivée et ce, pour avoir défié ses geôliers (Pensez-t'ils seulement qu'elle essuierait leurs insultes docilement ? Elle était une déesse par Merlin !), il faut croire que la belle tente de garder espoir. Égrainant à mi-mot, lorsque vient la nuit, de doux chants venu retracer les contes celtes et mélopées d'autrefois comme pour rassurer son coeur palpitant trop fort contre sa cage thoracique. Elle a peur, terriblement peur, et craint de s'aliéner au contact de ces murs trop épais, suffocant, grattant le béton pour une bouffée d'air qui n'aurait pas été vicié par Catharsis et ses folies. Sa sensibilité exacerbé ne supporte que trop mal cette froide cage et c'est les muscles tendus et le souffle court qu'elle accueille aujourd'hui ces Hommes qu'elle avait trop aimés.


Pouvoir 1 : Soins. Héritière d'une culture druidique dans lequel elle s'est toujours complu, Dana s'incarne comme une guérisseuse aguerri mais demande un contact plus ou moins long avec le blessé pour réellement affecter son état. Le Nihil contre sa peau entrave cependant son plein potentiel et il faut croire que l'impuissance qui tient cette déité si bienveillante la frustre au plus haut point. Elle est aujourd'hui incapable d'endiguer les blessures sanctionnant la vie et parvient tout juste à gérer les blessures graves moyennant un long moment passé auprès du blessé et, beaucoup, d'énergie. A croire que cette enveloppe charnelle est plus handicapante qu'elle ne le pensait.
Pouvoir 2 : Protection Lunaire. Il fut un temps, Dana était capable de sanctifier des zone géographique donnés, s'inscrivant le plus souvent au centre de cercle de menhir qu'elle affectionnait profondément. Aujourd'hui, faute à la mélancolie qui la guette ou à ce maudit collier venu étrangler ses sursauts d'espoirs les plus vifs, l'emprise de sa protection s'est réduite pour ne toucher q'une à deux personnes, à son plus grand dam. Un contact physique est obligatoire pour que cela marche cependant, elle ne parvient pas à faire fi de la distance.
Pouvoir 3 : Hypnose. Quel est cet appel lancinant qui condamne les paupières à se faire lourdes ? Répondant à une impulsion tactile ou vocale, ce baisé de Morphée n'est hélas pas instantanée et voit au contraire son emprise se resserrer lentement, abattant un à un les sursauts belliqueux ou trop vif pour les contraindre au repos. Il va s'en dire que plus la cible est vive (courroux, panique totale ou excitation magistrale) plus le sommeil tardera, les attirants à la manière d'une sirène dans un état plus tranquille pour progressivement les inviter à choir et s'endormir. De plus, si elle n'a aucune emprise sur les rêves, son aura douce tend cependant à faire de ce repos contraint une sanctuaire de quiétude. Après, si vous êtes d'une nature à faire des cauchemars à répétition... Tant pis pour vous ~
Dans tout les cas, une fois l'emprise établit un minimum, Dana parvient généralement à dissuader les cibles de s'en prendre à elle. Il faut dire que l'emprise de sommeil semble se renforcer encore plus lorsqu'on l'approche de trop près alors...

Entrave de Nihil : Un collier en métal au raz du cou où prend place une minuscule pierre de Lune. Dana ignore si c'est une blague de mauvais gout où une marque ultime de mépris mais il ne fait aucun doute que son contact permanent va finir par la rendre folle...  
Avez-vous été capturé et, si oui, comment? :Dans un manque de badassitude flagrant.
L'ombre derrière la légende
Un fredonnement au bout des lèvres, une démarche gracile venu se perdre sur le sable d'Irlande, une ombre drapé d'or et nacre errait. Son gris regard s'était un instant accroché aux constellations venu couronner son immaculé chevelure et, si elle marqua véritablement une hésitation à l'idée d'approcher l'onde tempétueuse qui s'abattait sur les rocs et sable, ce fut d'un soupire qui se voulait chasseur d'idée sombre qu'elle outrepassa le doute venu perfidement mordre son cœur. Dictame, elle avait appelé ce fils disparu, jeté à la mer ses frayeurs pour finalement se perdre en prière qui se cristallisaient autour du nom de Lir, implorant à mi-mot une prudence que d'autre n'avait pas eu et une bien portance qui travaillant tant son instinct maternel. Dana avait pourtant pressentit le vent tourner pour la condition divine alors pourquoi avait-elle tant tardé à agir ? Pourquoi s'était-elle perdue dans une confiance irraisonnée, laissant dès lors les Hommes chasser impunément sur ses terres ? Devait-elle véritablement attendre de voir ses enfants lui être enlevé pour étrangler sa bienveillance absurde ? Alors, lorsque les chasseurs vinrent souiller de leurs armes les terres celtes, la déesse lunaire avait finalement esquissé un mouvement de fuite pour finalement se perdre en une quête visant à retrouver sa descendance et la mettre à l'abri. Elle connaissait les Hommes, leurs mœurs et les meilleurs moyens de se fondre parmi leurs civilisations. N'était-ce pas ce qu'elle avait toujours fait, insouciante enchanteresse qu'elle était ? Alors peut être pouvait-elle entraîner ses enfants les moins habitués à se fondre parmi les eux ? Peut-être pouvait-elle espérer de meilleurs jours, mêlé aux mortels ? Et pourtant, aurait-elle seulement accepté de vivre aussi bassement, définitivement du moins, sans possibilité de marche arrière, caché à la manière d'un rat là où tous ses pairs et enfants tombaient un à un sous le Nihil et sa morsure ? Elle avait toujours aimé les mortels et la vie à leur côté mais elle demeurait une déesse, fermement accroché à sa condition et aux liens qui la rattachaient à son panthéon et, si on lui imposait un choix, il fallait croire que c'était vers le Brocéliande qu'elle se tournerait sans grande hésitation. Alors pourquoi n'avait-elle pas fuit vers la Gaule, trouvant refuge tout contre son mari ?

Elle était la déesse de Lune, celle de la fertilité, la Mère des dieux, matrone de Bretagne et gardienne de l'Irlande. Elle était la déesse primordiale des Tuatha Dé Danann et si elle ne parvenait à draper ses épaules d'une force pareille à celle d'Epona ou Cernunnos, revendiquer une allure guerrière qui ne lui sied pourtant en aucun point, un sursaut d'insurrection l'avait brutalement secoué lorsqu'on murmura que l'un de ses enfants avaient été pris. S'était-elle étranglé avec son thé ce jour-là ? Assurément. Et un air de louve s'était dessiné au fond de son gris regard, agité par l'idée même de savoir sa meute mise à mal. Ainsi avait-elle abandonné ce paisible village irlandais pour mettre la main sur sa progéniture tant chéri, croisant parfois le chemin d'autres déités ou créatures. Des alliances temporaires s'étaient joués durant ces années de fuite et traque mais la cohésion d'équipe se voyait trop souvent écartelé entre diverses morales et objectifs, déchirant dès lors, tôt ou tard, ces duo et groupe de fortune. Durant ces quelques années d'errance, des mortels avaient également fini par lier leur chemin au siens, allant de récurent chasseur (Knihtfall notemment) à des défenseurs des dieux auxquels elle n'était cependant parvenu à faire confiance. Exordii hein ? Dana avait préféré se lier aux oracles, plus par habitude que conviction il fallait l'avouer. Autrefois, elle s'était plu à les desseller parmi les peuples qu'elle veillait et ce, avec une aisance déconcertante. L'habitude sans doute, mais sa relation étroite avec le druidisme lui avait peut-être apprit à flairer le potentiel mortel sans grand mal. Quoi qu'il en soit, il était vrai que son approche envers eux s'était toujours faite maternelle et dictame, aiguillant au mieux ces enfants qu'elle se plaisait à voir grandir tout en prenant le temps de les aider à surmonter cet handicap physique viscéralement lié à leur don. Hélas elle était têtue cette sauvage déité, et c'était toujours d'une voix trop douce qu'elle déclinait les aides qui se proposaient à elle. Les années de traque avaient finit par avoir raison de son innocence et foi en l'Homme il fallait croire. Ou était-ce là un témoin orgueilleux de la confiance qu'elle plaçait en ses propres pouvoirs ?

Et elle avait tenu bon de longue année, la si douce Dana, passant d'un mouvement éthéré les corps endormi des chasseurs venu l'enchaîner, un fredonnement aux lèvres et le regard terrible, froid. Le temps et ses chasseurs avaient eut raison de sa patience, de ses enfants, et surtout, de SA Brocéliande. Avaient-ils osés brûler ce sanctuaire séculaire ? Défier Cernunnos ? Souiller de leur large griffe un épiderme sacré ? Pour la première fois peut être depuis sa fuite, le désespoir insidieux s'était changé en un magma grouillant, nécrosant un sourire habituellement si tranquille pour tendre vers la grimace. Et si elle n'avait pas versé une larme en comprenant l'horreur de la situation, ses ongles s'étaient planté sur son diaphane épiderme. Ce jour là, elle avait amèrement regretté la nature trop placide de ses pouvoirs et hurlé à la destruction, foulant de son pas nue et blanc les cendres d'un sanctuaire qui était le sien pour jurer à cette lune au ventre arrondit qu'elle la rougirait du sang de ses ennemis. Oui, elle était énervé okay ? D8. Les airs de princesse Disney ça allait deux minutes, on venait de lui piquer son mari là ! ... Et puis le Dark side avait des cookies, c'était bien connu. Hélas, aucune flamme infernale ne vint l'entourer cette nuit là, et ses plans de destructions ne se virent aucunement crédibilisé par les traits de son visage. Dana possédait des airs de fée et le pas gracile. C'était une blanche biche couronné par les étoiles, qui pouvait accorder du crédit à pareille divinité ? ... Peut être ce chasseur à demi-dévoré par les kelpies d'Irlande. Si Taranis avait sa foudre, Hadès sa nécromancie et Cernunnos une habilité à en imposer d'un simple regard, Dana avait des millénaires de relations tissés avec les créatures et dieux derrière elle et se voyait déjà à la tête d'une révolution celtique visant à prendre de front Catharsis pour en abattre chacun des murs. Je vous ai dit qu'elle était légèrement trop optimiste ...? C'est sans doute pourquoi les traques obsessionnelles de Knightfall ont fini par avoir raison des fuites de Dana et qu'elle a été jeté à Catharsis d'ailleurs, après que celui-ci ait décidé de graver sur le visage de la divine créature son impuissance, à même les chaires. Il s'était octroyé le droit de marquer la déité après avoir tenté de la renommer. Guenièvre, sérieusement ? Au moins l'étymologie était galloise... Guenièvre Knightfall, parce que forcément, il fallait couronner ce trophée mal en point de son patronyme. Ce n'était pas suffisamment humiliant comme ça.

« Soit gentille Guenièvre. Il serait dommage d’abîmer ton si beau visage, encore.»

Jeté dans une cellule de Catharsis, la dictame déesse y fut cependant ravit quelques heures après pour être jeté à l'isolement. Avait-elle tenté un sursaut d'insurrection, aussi farouche qu'irraisonnable ? Parfaitement. Sursaut méticuleusement brisé, il va s'en dire, et qu'elle avait amèrement regretté, grattant presque le béton de sa cellule pour goutter ne serait-ce qu'un peu à la lumière, même artificielle, des couloirs. Elle signait sa reddition bon sang ! Faite la sortir de là !!! Ses chants autrefois si doux s'étaient étranglé aux frontières du désespoir si bien que, lorsqu'on vint finalement l'arracher à son enfer, il ne fallut pas bien longtemps à la déesse pour renouer avec ses habitudes douces et délicates. Elle courberait l'échine autant qu'elle le pouvait, elle se l'était promis, quitte à fermer les yeux sur les commentaires des geôliers ou regards indélicats qui savaient se poser sur son épiderme de nacre. Il fallait capturer le positif, aussi vif était-il : ... Elle avait... Potentiellement... Ses enfants et son mari avec... Elle ?
Etait-ce seulement positif...?
Âge:22 ans
Comment tu as trouvé le forum ?En traînant sur les top sites, le contexte m'a instantanément séduite. Le fourbe !
Un petit commentaire ? ... Bisous baveux sur vos faces ? ღ

_________________
Fée au pas blanc
Cernunnos
CernunnosDieu Gaulois de la Forêt
Date d'inscription : 08/12/2018
Age : 23
Messages : 23
Profil Académie Waverly
Dim 16 Déc - 12:47
OH MON DIEU BIENVENUE BIENVENUE BIENVENUE.
(Oui, je me répète, je sais, mon MP commence presque de la même manière 8D)

Je suis déjà amoureuse du début de ta fiche (surtout la case orientation, on va pas se mentir xD ), j'ai hâte de voir la suite !
Et pis cette image de p'tit faon, c'est trognon à souhait <3

_________________
Aravella Reinhart
Aravella ReinhartOracle
Date d'inscription : 12/12/2018
Messages : 12
Profil Académie Waverly
Dim 16 Déc - 20:29
Hello ! Je te l'ai déjà souhaité mais... Bienvenue parmi nous :D
Je viens d'arriver aussi, donc c'est de mise haha. !

Bon, déjà, entre le choix de déesse, le choix d'avatar, ca donne déjà envie de voir le reste de la fiche ! :D

_________________
Je suis actuellement disponible pour 0 RP, car Cernunnos et Kay Keeh accaparent toute mon attention !
Dana
DanaDéesse Celte de la Lune
Date d'inscription : 16/12/2018
Messages : 20
Profil Académie Waverly
Lun 17 Déc - 4:10
Moh, vous êtes des amours ! Merci à vous deux !

_________________
Fée au pas blanc
Kratos
KratosTitan Grec de la Force
Date d'inscription : 07/09/2018
Messages : 37
Profil Académie Waverly
Lun 17 Déc - 10:57
UNE CHOUETTE DANS TA SIGNATURE ♥️♥️♥️
J'adore ton début de fiche ♥️

_________________
Spoiler:
 
Dana
DanaDéesse Celte de la Lune
Date d'inscription : 16/12/2018
Messages : 20
Profil Académie Waverly
Mar 18 Déc - 17:39
Et j'adore ton avatar !

Je pense avoir terminé ! O/

_________________
Fée au pas blanc
Le Néant
Le NéantGénèse grouillante
Date d'inscription : 12/06/2018
Messages : 200
Profil Académie Waverly
Mer 19 Déc - 18:50

Validée !

Bienvenue sur le forum

DANA BABY AAAAAAAH! J'espère que ça ira quand même pour la suite de son incarcération ;V;
Tu es donc validée sans aucune hésitation, évidemment!

Maintenant, libre à toi d'aller réserver ton avatar & ton appartenance non-humaine si tu... n'es pas humain (logique, merci Néant-obvious!) juste là!

N'oublie pas, également, d'aller lancer un dé pour avoir connaissance de ton premier pouvoir débloqué, juste là!

Également, pour finaliser le tout, si tu le souhaites, tu peux aller flâner du côté des relationships & des liens d'rps! Pour cela, il te suffit de te rendre ici!

Bon jeu parmi nous! ♥️
Le Néant.
Contenu sponsorisé
Profil Académie Waverly