The bells of Fate • Arès

Sygin
SyginDéesse Nordique Mineure
Date d'inscription : 31/12/2018
Messages : 17
Profil Académie Waverly
Dim 6 Jan - 17:16
Ah, ce que les humains défendant la cause des dieux pouvaient être gentils avec elle. Agréables. D’une protection à toute épreuve. Pourtant, Sygin savait que les choses ne se passeraient guère si bien si les choses venaient à se dégrader pour eux.
Elle les entendait prier. Parfois leurs déclamations vespérales, parfois le nez sur un tapis couleur anthracite, parfois d’une façon bien différente encore… C’était perturbant de découvrir autant de façon de rendre hommage lorsque l’on était soit même ressortissant de ces cadeaux sans forme, odeur ou couleur distincte.

Et au fond, elle ne pouvait s’empêcher de se sentir seule. Irrémédiablement seule. Toujours seule.

Alors, ce soir-là, délaissant l’assiette que la gentille exordii à la rousse chevelure lu avait amené (laquelle comportait une ‘saucisse’, si ses souvenirs étaient bons), Sygin décida de s’isoler quelque peu dans la chambre restreinte qu’on lui avait accordé. Elle avait besoin d’être seule. Mais surtout… Oh oui, surtout. De parler à ses semblables.

Voici pourquoi à peine allongée sur son lit de fortune, l’amie de la victoire se sentit s’engourdir, pour mieux se projeter dans le plan astral. Là, elle laissa sa voix courir. « Il… Il y a quelqu’un ? »

Elle souhaitait simplement ne plus être seule.
Arès
ArèsDieu Grec de la Guerre
Date d'inscription : 07/09/2018
Messages : 33
Profil Académie Waverly
Mar 8 Jan - 19:02
Le vent soufflait à travers les barreaux, gelant la cellule déjà glaciale. L'odeur de l'air frais se mêlait aux senteurs de l'encens brûlant péniblement dans l'air nocturne, unique lueur dans la chambre spartiate. Le béton se changea lentement en bloc de glace sous ses jambes. La prison au-delà des murs commençait à se faire plus calme alors que les pensionnaires étaient enfin de retour dans leurs geôles solitaires.

Une lune blafarde maculait son univers d'ombres projetées par les épaisses barres de nihil qui lui barraient l'accès à la liberté. Mais cela n'avait aucune importance, il ferma ses yeux, laissant la réalité s'éloigner de sa pensée. Au-delà des ténèbres de ses paupières, la prison et le monde physique s’évanouirent en fumées inconsistantes, murmures irréels aux portes de son esprit. La noirceur de son imagination se mit à onduler doucement, mer calme et tranquille, apaisée par le flot de son esprit. Puis finalement son esprit se leva, complètement libre en ce lieux coupé du monde humain. Ses pieds frôlèrent l'huile noire de ce plan en répercutant l'onde de son pas, les crêtes de ces vagues capturant les reflets brillant de la lumière morne.

Aucun bruit n'accompagnait sa marche, aucun écho ne rebondissait, rien ne suintait en ces lieux à part le silence écrasant du refuge. Et malgré tout il se senti attiré vers un autre endroit, un lieu où le plan n'était plus uniquement une mer de ténèbres huileux à arpenter sans but. Alors qu’il approchait tranquillement de sa cible, une voix brisa l’équilibre fragile du silence, éclatant la béatitude de l’endroit avec la violence d’un coup. Pourtant la voix était si douce, si calme.

Il laissa sa curiosité l'attirer doucement vers la source de l'appel, avide de découvrir de qui pouvait émaner une telle voix.

"Oui, il y a quelqu'un. Qui es-tu ? Je ne te connais pas."

_________________
"Il y a en moi un amour comme vous n'avez jamais vu. Il y a en moi une rage qui ne saurait jamais s'échapper. Et si je ne prospère point dans l'un, je m'épanouirai dans l'autre.
Sygin
SyginDéesse Nordique Mineure
Date d'inscription : 31/12/2018
Messages : 17
Profil Académie Waverly
Dim 13 Jan - 9:37
Une voix perça les barrières de sa solitude. Sygin sursauta presque, cependant, ne sachant trop comment réagir après ses expériences passées ici. Sa rencontre avec Cupidon avait laissé une amertume certaine à la déesse, si bien que même si elle avait été dévorée par l’envie de retourner sur le plan astral, elle n’en demeurait pas moins tiraillée par un sentiment de frayeur qui la prenait aux tripes lorsqu’elle y revenait. Qui sait sur qui elle pourrait tomber la prochaine fois ? Sygin avait trop présumé de la gentillesse du monde et des déités. Tout le monde n’était pas affable et gentils à souhait. Elle aurait dû le savoir mieux que personne. Elle était la déesse mariée au dieu de la discorde et de la ruse de son Panthéon, après tout.

Mais la silhouette qui se dessina devant ses yeux ne ressemblait en rien à Cupidon. Premier soulagement. Alors, polie, comme l’instaurait la coutume, Sygin fit une respectueuse révérence devant son nouveau comparse avant de se redresser, croisant ses mains devant elle. « Mon nom est Sygin. Je suis déesse du panthéon nordique. Bien que mineure, je connais beaucoup des légendes de mes compatriotes. Et toi ? Quel est ton nom ? D’où viens-tu ? » Tant de curiosité à satisfaire…
Arès
ArèsDieu Grec de la Guerre
Date d'inscription : 07/09/2018
Messages : 33
Profil Académie Waverly
Jeu 24 Jan - 19:26
      La voix le mena jusqu'à une déesse qu'il n'avait encore jamais vu, une créature au visage aussi angélique que sa voix laissait le deviner. Elle semblait presque perdue, sa façon de s'exprimer donnait l'impression qu'elle n'était pas habituée à côtoyer d'autres dieux, enfin au moins, d'autres panthéons. Lui à qui on reprochait souvent de parler de façon un peu guindée se retrouvait devant un parfait model de politesse, accompagnant même ses paroles d'une petite révérence. L'idée lui arracha un sourire narquois. Peut être serait-il distrayant de parler avec quelqu'un n'étant pas déjà blasé par sa divinité. Il s'approcha tranquillement, plantant son regard dans le sien.
 
"Je suis Arès, de Grèce. Tu peux oublier les titres et les rangs, ils n'ont pas d'importance de nos jours. Majeur, mineur, tout ça c'est du passé. Tu n'as pas vraiment l'air de venir souvent on dirait, pas besoin d'être aussi courtoise, nous sommes entre dieux ici."

_________________
"Il y a en moi un amour comme vous n'avez jamais vu. Il y a en moi une rage qui ne saurait jamais s'échapper. Et si je ne prospère point dans l'un, je m'épanouirai dans l'autre.
Sygin
SyginDéesse Nordique Mineure
Date d'inscription : 31/12/2018
Messages : 17
Profil Académie Waverly
Jeu 24 Jan - 22:11
C’est avec une curiosité certaine que Sygin contempla ce nouvel être qui était tout juste apparu à ses côtés. Arès, donc. De la Grèce. Quel royaume éloigné du sien ! Mais elle ne doutait pas un instant de la richesse et de l’intérêt qu’une pareille nation pouvait susciter. D’ailleurs, déjà, un millier de questions lui brûlaient les lèvres pour qu’elle les libère. Par correction, cependant, la déesse offrit un sourire au dénommé Arès.

« Je vais donc suivre ton conseil, Arès. Et je t’en remercie sincèrement. » Car c’était la première fois que quelqu’un ne se hissait pas à un quelconque rang supérieur simplement parce qu’il ou elle possédait davantage de priants ou de pouvoirs. En voici, une chose qu’elle n’aurait jamais crue pensé voir un jour. Elle ne pouvait être que ravie. « Dis-moi… Que représentes-tu, au sein de ta mythologie ? »

Car l’on n’arrête jamais vraiment la curiosité.

Arès
ArèsDieu Grec de la Guerre
Date d'inscription : 07/09/2018
Messages : 33
Profil Académie Waverly
Ven 25 Jan - 17:46
      Sa curiosité l'amusa, le rictus narquois se changeant en sourire franc. Rares étaient les dieux qui faisaient encore preuve d'un tant soit peu de soif de connaissance. Passés un certain âge ils se comportaient comme des vieillards grabataires, heureux de ce qu'ils savaient du monde, se désintéressant des nouveautés. Même lui se laissait souvent avoir à ce petit jeu. Sans sang frais parmi eux, les divinités perdaient leur étincelle de curiosité. Et en ces temps troublés, aucun dieu n'émergeait du néant pour les gratifier de sa jeunesse. Alors trouver une déesse qui s'intéressait encore aux autres était une bonne surprise. Peut-être était-elle une divinité du savoir, ou des secrets, eux ils ne perdaient jamais cette soif. Mais non, elle paraissait trop gentille, rien à voir avec les rats de bibliothèques acariâtres ou les amasseurs compulsif habituels. Il s’assit sur la mer huileuse, laissant son postérieur propager une onde à la surface brillante des ténèbres puis fit signe à sa nouvelle compagnonne de l’imiter.

"Chez moi je suis un dieu de la guerre, on m'associe à la discorde, au sang et à la mort. Le côté noble, les lauriers et les généraux c'est ma sœur qui en a écopé. Nan moi je suis plutôt la fatalité qui va avec les combats. On m'évoquait lorsque la situation devenait critique, quand les pauvres gars étaient au beau milieu de la mêlée, lorsque seul le sang et la sueur peuvent les sortir de là. Puis on me collait sur le dos toutes les calamités, les villages brûlés, les amis disparus, tout le tintouin. Bref je dois bien l'avouer, je suis pas un dieu très recommandable. En tout cas pas d'après les humains."

 
    L’identité de son interlocutrice le troublait encore. Ne pas savoir qui elle était le dérangeait un peu. Rester dans le flou le rendait fou en règle général. Il déglutit un bon coup et se rendit compte qu'il avait détourné les yeux en parlant, plongeant son regard dans le vague. Il redirigea son attention sur la déesse.

"Alors quelle type de déesse es-tu pour te retrouver à parler avec quelqu'un comme moi ?"

_________________
"Il y a en moi un amour comme vous n'avez jamais vu. Il y a en moi une rage qui ne saurait jamais s'échapper. Et si je ne prospère point dans l'un, je m'épanouirai dans l'autre.
Sygin
SyginDéesse Nordique Mineure
Date d'inscription : 31/12/2018
Messages : 17
Profil Académie Waverly
Mar 29 Jan - 17:56
Elle écouta avec une attention toute particulière les mots d’Arès, lesquels sonnaient presque comme des aveux. Il est vrai que certains ou certaines auraient pu se laisser aller à prendre parti et s’effrayer devant les dires du Dieu de la guerre et de la discorde. Mais pas Sygin. Car elle avait, au cours de sa vie, bien trop donné sa confiance pour la reprendre maintenant. Et elle aimait cela. Être capable d’aimer sans détour et sans rien attendre en contrepartie… Peut-être était-ce bien niais à dire, mais c’était là qu’elle tirait un peu de sa force. Alors, aucun signe de jugement ou d’effroi ne prit la déesse au corps. Bien au contraire.

Elle eut un sourire lunaire, fin mais pas moins sincère. Puis, venant prendre place à côté d’Arès, Sygin songea à comment formuler ses pensées. Ses genoux ramenés contre elle et ses bras passés autour de ces derniers, elle ne voulait ni blesser ni froisser qui que ce soit. Pas alors qu’elle se trouvait avec un pair. « Tu sais… Je pense que les humains sont maladroits dans leurs actions et leurs gestes. Mais il ne faut pas le prendre en mal. Beaucoup ignore la réalité des choses parce que l’on ne leur donne pas accès à tout ce qui est relatif à telle ou telle situation. Si seulement le dialogue pouvait s’instaurer entre eux et nous… »

Peut-être que Catharsis n’existerait même pas, alors.

« Me concernant… Je ne trouve pas que tu apparaisses tel que tu te sois décrit. Mais comme je l’ai dit auparavant, même si ces histoires de rangs ne comptent plus, désormais, je reste très mineure. Je n’ai même pas de réelle signification. » Elle prend une inspiration. « Ou alors… Pas d’autres que celle de la fidélité du mariage, j’imagine. » Et encore, les noces avaient échouées à la prise en main d’une autre déesse. Plus valeureuse, plus connue. Plus aimée.

Un frisson la dévora alors.
Arès
ArèsDieu Grec de la Guerre
Date d'inscription : 07/09/2018
Messages : 33
Profil Académie Waverly
Mar 29 Jan - 20:20
     Le rire remonta dans sa gorge, franc et désarmant. La pauvre avait tout compris de travers. Il la regarda avec un sourire calme, ses mains plaquées sur la surface liquide.

 
"Je n'en veux absolument pas aux humains. Ils ont leurs propres affaires à gérer. Certains sont même de bons gars, aussi héroïques que n'importe quel dieu, meilleur que la plupart, surtout quand on prend en compte la vitesse avec laquelle leur vie passe. Malgré cela ils essayent de donner un sens au monde autour d'eux, mais au mieux ils n'ont qu'un minuscule aperçu du tableau d'ensemble. Même les plus érudits ne savent que ce que nous pouvons leur révéler.
Non, si je devais en vouloir à quelqu'un, ce serait aux autres grecs. Pas tous bien sur, certain sont de bonnes personnes. Mais comme partout il y a une partie de sales cons, le genre à croire tout savoir et à juger. Ceux qui collent une étiquette aux autres sans se soucier de rien, ceux qui prospèrent dans le système et veulent nuire à ceux qui le rejettent. Mon père était de ce genre. Populaire mais pourtant la pire enflure que je connaisse."  
      Sa façade joyeuse et amicale semblait masquer autre chose. Des non dits et des regrets inavoués. Elle aussi été marquée par sa divinité, enfin le sens que les autres lui conféraient.

"La fidélité du mariage ? Il y a pire comme rôle à hériter tu sais. Mais ce n'est pas comme si cela avait une importance. Après tout, pourquoi s'infliger un archétype, un phénomène ou une valeur à représenter ? Personnellement je préfère me tailler une signification propre. Quoi que puissent en dire les autres. Même nos créateurs ne sauraient nous infliger cela."

_________________
"Il y a en moi un amour comme vous n'avez jamais vu. Il y a en moi une rage qui ne saurait jamais s'échapper. Et si je ne prospère point dans l'un, je m'épanouirai dans l'autre.
Sygin
SyginDéesse Nordique Mineure
Date d'inscription : 31/12/2018
Messages : 17
Profil Académie Waverly
Mer 30 Jan - 10:19
Oh, elle avait donc mal interprété ses paroles ? Sygin se jura mentalement d’être plus axée sur la réflexion, à l’avenir. Arès semblait avoir beaucoup à dire. Et beaucoup sur le cœur, également. Cela n’échappa guère à la déesse mineure qui, sans bien s’en rendre compte elle-même, avait tenté d’apposer une main sur l’un des genoux du dieu de la guerre. Bien entendu, dans ce plan-ci, impossible de se toucher les uns les autres. Mais le geste suspendu voulait tout dire.

Sygin était, comme à l’accoutumée, pleine de sollicitude.

« Je crois que je peux au moins essayer de te comprendre. Tu es d’une grande sagesse ! » Puis, revenant à sa position initiale, elle sembla réfléchir à comment tourner les mots qui lui restait en tête. « Tu sais… Je crois en tes paroles. Mon mari… Tout le monde le dénigrait sur notre monde et dans notre panthéon. Tout le monde disait de lui qu’il était uniquement malin et prompt à trahir à la moindre occasion. Que l’on ne pouvait lui faire confiance et que sa douceur n’était qu’une façade. Mais moi… » Inspiration, expiration. « Moi je crois que ce qu’il m’a donné, même si ce n’était peut-être pas de l’amour – en vérité, je n’en sais rien -, c’était sincère. Il m’a donné deux enfants et pour cela, je ne saurais être plus reconnaissante que je le suis aujourd’hui. »

Et pourtant, qu’il lui manquait…
Arès
ArèsDieu Grec de la Guerre
Date d'inscription : 07/09/2018
Messages : 33
Profil Académie Waverly
Jeu 31 Jan - 15:01
        Elle semblait en avoir gros sur le coeur. Au delà de sa solitude se cachaient bien des regrets, comme il l'avait soupçonné elle ressassait son passé, laissant les vagues mornes de l'esprit tourner les souvenirs joyeux en doutes aigres. Son geste était plein de sincerité et si on ne pouvait se toucher physiquement, au moins fut-il touché au fond de son âme.
      Ses paroles réouvrirent de vieilles plaies depuis longtemps condamnées. Il repensa à ses enfants, ceux qu'il avait laissé errer sur terre, ceux qui aujourd'hui reposaient six pieds dessous. Des bribes de moments perdus dans les flots de sa mémoire émergèrent doucement. Joie, bonheur, colère, peur, tristesse, autant de sentiments qui leur était associés. Mais en aucun cas il ne regrettait, car malgré ses années à cotoyer la mort quotidiennement, s'il y avait bien une chose qui évoquait la vie pour lui, c'éaient ses enfants.  
     
"Je peux comprendre. Comme les humains nous ne savons des autres que ce qui'ils veulent bien nous laisser voir, ou du moins ce que nous arrivons à gratter. Nous ne percevons que les facettes qu'ils nous exposent. Et s'il y a bien une chose qui peut faire ressortir nos meilleurs facettes ce sont bien les enfants. Devant eux cela devient plus dur de se masquer. Alors dans un sens oui ce qu'il a bien pu te montrer devait être vrai."

_________________
"Il y a en moi un amour comme vous n'avez jamais vu. Il y a en moi une rage qui ne saurait jamais s'échapper. Et si je ne prospère point dans l'un, je m'épanouirai dans l'autre.
Sygin
SyginDéesse Nordique Mineure
Date d'inscription : 31/12/2018
Messages : 17
Profil Académie Waverly
Dim 3 Fév - 18:57
Il a compris ce qu’elle voulait dire par ses propos précédents. I la comprit et ne le remet pas en cause. Le cœur de Sygin semble faire un bond dans sa poitrine, elle peut le sentir même ici, dans le plan astral. Quelle joie, quel bonheur de se savoir comprise sur ce point ! Quand beaucoup préfère arguer la guerre et les batailles comme source de motivation pour leur existence, elle s’orientait toujours, tout naturellement, vers les enfants. Et de voir que son ressenti était partagé la mettait dans une certaine euphorie.

Son sourire eut tôt fait de refleurir sur ses lèvres, chassant bien vite la mélancolie qui y flottait il n’y a pas si longtemps encore. « Tu trouves aussi, n’est-ce pas ? Mes fils étaient d’une joie de vivre exceptionnelle ! Narfi et Vali se confrontaient perpétuellement pour savoir qui était le plus rapide, le plus fort, le meilleur chasseur d’écureuil ! » Elle émit un rire léger, cristallin. Sincère. Un rire de mère.

Puis, poussé par une curiosité certaine, Sygin darda de son doux regard les yeux d’Arès. Ils étaient d’une couleur toute particulière, que la déesse n’aurait su définir de prime abord avec simplement des mots. « Et toi, Arès, as-tu des enfants ? » Elle voulait tout savoir, mais n’osa pas poser toutes ses questions en même temps, de peur de paraître trop intrusive.
Arès
ArèsDieu Grec de la Guerre
Date d'inscription : 07/09/2018
Messages : 33
Profil Académie Waverly
Mar 5 Fév - 21:08
         Sa voix s’assécha légèrement, une boule monta dans sa gorge. Que dire de sa relation avec ses enfants ? Sa vie s'étirait maintenant sur de trop nombreuses années comme la liste de sa progéniture s'étendait sur trop de tombes. Ses enfants à elle lui rappelaient de bons souvenirs, mais pour lui, cela lui évoquait aussi des remords et des regrets. Ceux de ne pas pouvoir rester en place, de ne pouvoir les élever, de les voir le suivre à la bataille, et de ne pas les avoir renvoyés avant de devoir leur passer le linceul.

"J'en ai, beaucoup même. Mais bon je ne suis pas un père modèle. La preuve, un de mes fils vit à quelques mètres de moi, et pourtant c'est à peine si on s'adresse la parole. Les mauvaises décisions et moi on se connait bien. Rester au même endroit, mener une petite vie tranquille, ce n'est pas pour, je finis toujours par ressentir l'appel du combat. Beaucoup sont mort en voulant rester à mes côtés, donc j'ai appris qu'il valait mieux que je sois discret. Mieux vaut qu'ils vivent en me haïssant plutôt que de m'aimer en mourant. Il n'y a rien de plus horrible pour un père que de devoir creuser la tombe de son propre enfant.  

_________________
"Il y a en moi un amour comme vous n'avez jamais vu. Il y a en moi une rage qui ne saurait jamais s'échapper. Et si je ne prospère point dans l'un, je m'épanouirai dans l'autre.
Sygin
SyginDéesse Nordique Mineure
Date d'inscription : 31/12/2018
Messages : 17
Profil Académie Waverly
Sam 16 Fév - 15:11
Sans doute n’imaginait-il pas à quel point ses mots trouvèrent écho dans le cœur de Sygin. Creuser la tombe de son propre enfant. C’était une tâche hautement douloureuse et incisive.

Ce venin poursuivait toute la vie et ravivait sans aucun mal de vieilles plaies. La déesse pouvait témoigner. Elle qui n’avait même pas eu l’honneur de creuser la sépulture de Narfi. Ils ne lui en avaient pas laissé l’opportunité. Immédiatement, elle avait dû se plonger toute entière dans la garde de Loki, pour le tenir éloigner du mal le plus possible. Chose bien plus complexe qu’il n’y paraissait.

Le visage de la rosée quitta la contemplation d’Arès, un instant. Ses yeux partirent se poser sur un point invisible, loin, très loin d’ici. Sans but précis. Mais la mélancolie l’avait désormais gagné. « Je peux comprendre ton sentiment… Pour l’avoir vécu également. » Et le vivre encore.

« Encore que… Dans mon cas, ils ne m’ont même pas laissé l’enterrer. » Et c’était sans doute ce qui lui faisait le plus mal encore aujourd’hui. Outre le fait d’avoir perdu son petit, ne pas avoir été en mesure de l’honorer restait encore une épine glacée dans son cœur trop tendre. « J’espère que le fils qui t’es proche, ici, te donnera une occasion pour vous rapprocher. » Car elle n’avait jamais souhaité autre chose que le meilleur pour tout le monde, Sygin.
Arès
ArèsDieu Grec de la Guerre
Date d'inscription : 07/09/2018
Messages : 33
Profil Académie Waverly
Jeu 28 Fév - 19:33
     Elle aussi connaissait la douleur de perdre un enfant. Un instant il perçut en elle une créature tout aussi blessée et meurtrie que lui. Malgré leurs différences ils se ressemblaient quand même. Les deux connaissaient des peines similaires et à cet instant il se rendit compte qu'il l'appréciait. C'était une personne bonne, franche, loin des dieux acariâtres qu'il côtoyait au jour le jour.

"Je ne sais pas si lui et moi pourrons se rabibocher. Nous sommes à des années lumières l'un de l'autre, enfin au niveau de nos personnalités. Il se plait à se jouer des humains, à tordre leurs sentiments, leurs émotions. Mais je dois reconnaître qu'avec l'âge il s'est amélioré, il ne se laisse plus faire, et franchement je suis assez fier de la façon dont il s'est rebellé contre les hommes. J'ai même eu du mal à y croire, c'est bien la seule fois où je me suis dit qu'on se ressemblait."

      Au final, lui même ressemblait à son père sur ce coup là. Lui aussi avait détesté son fils, le jugeant à l'aune de son propre caractère, de ses propres valeurs, sans jamais chercher à comprendre ce qui pouvait bien motiver son dieu de l'amour de rejeton. Et pour une fois la curiosité le surmonta.

"Si je peux me permettre, qu'est-il arrivé à ton fils ?"

_________________
"Il y a en moi un amour comme vous n'avez jamais vu. Il y a en moi une rage qui ne saurait jamais s'échapper. Et si je ne prospère point dans l'un, je m'épanouirai dans l'autre.
Sygin
SyginDéesse Nordique Mineure
Date d'inscription : 31/12/2018
Messages : 17
Profil Académie Waverly
Ven 8 Mar - 18:35
Sygin ne pouvait réellement se figurer de quoi Arès était en train de lui parler. Se rebeller contre les hommes ? A quoi bon ? Sygin n’avait eu que très peu de contact avec les êtres humains. Il lui semblait qu’ils étaient peut-être bien le dernier des soucis des dieux. Tout du moins, dans son panthéon à elle, les divinités n’avaient jamais eu besoin des hommes pour semer la discorde. Elle se serait mordu la joue si elle avait pu être en mesure de ressentir quoi que ce soit. Mais cette action aurait été vaine, comme toutes les autres.

Lorsqu’il l’interrogea sur le trépas de Narfi, elle eut une hésitation à lui répondre. Mais elle avait confiance. Peut-être trop, il était vrai. Mais… Et après ? « Narfi a… périt sous les crocs de son frère, que les autres dieux avaient changé en loup enragé afin de punir leur père de ses actions. Il était un meurtrier et ils ont agi de la même manière. Mon fils était à peine reconnaissable une fois passé sous les dents de son cadet. Et Vali… Oh par les cieux j’espère qu’il va bien. J’ignore ce qu’il est advenu de lui, mais je continue de prier pour sa survie. » Elle savait que jamais il n’aurait voulu blesser sn frère de la sorte. Jamais. Vali était un gentil garçon.

« Quel est le nom de ton fils ? » Naïvement, elle s’était dit que, peut-être, elle pourrait l’aider.
Arès
ArèsDieu Grec de la Guerre
Date d'inscription : 07/09/2018
Messages : 33
Profil Académie Waverly
Ven 15 Mar - 18:45
     Transformer un enfant en loup et le laisser dévorer son frère, tout ça pour punir les pêchées d'un père, le sang lui monta au cerveau, l'annonciateur de la colère, son éternelle compagne. Une telle action le révoltait, un fils ne devait pas payer pour son géniteur, et encore moins sous les coups d'un frère contraint. Il avait beau haïr certains dieux de l'Olympe, jamais il n'aurait pu agir ainsi.

"Comment peuvent-ils juger les autres lorsqu'ils se comportent comme des bêtes ? Changer un des leurs en animal est déjà condamnable, mais s'en servir de bourreau pour son petit frère, c'est au delà du déshonneur et de la bestialité, rien ne saurait pardonner tout cela. Et juste pour punir leur père en plus. J'espère que ton autre fils va bien et qu'il ne se reproche pas ce qu'il s'est passé. Ce sont ceux qui l'ont condamnés qui mériteraient d'être punis.
Je n'imagine même pas ce que j'aurais fait si on avait puni Cupidon pour le simple fait d'avoir été mon fils."

_________________
"Il y a en moi un amour comme vous n'avez jamais vu. Il y a en moi une rage qui ne saurait jamais s'échapper. Et si je ne prospère point dans l'un, je m'épanouirai dans l'autre.
Contenu sponsorisé
Profil Académie Waverly