Rien n’est éternel sauf le changement [FINI] (Basilic)

Basilic
BasilicCréature Antique
Date d'inscription : 02/01/2019
Messages : 21
Profil Académie Waverly
Rien n’est éternel sauf le changement [FINI] (Basilic)  EmptyJeu 3 Jan - 1:10

Basilic

Même si la paume de la main reste vide, on peut essuyer les larmes du revers.

Panthéon d'origine / de rattachement : gréco-romain
Âge : fossile sexy très bien conservé (depuis l'antiquité)
Orientation : Pansexuel
Avatar : Shoyo/Utsuro Yoshida (Gintama)
Le basilic a le cœur sur la main, de nature il est bienveillant et aimant envers tout le monde, mais depuis le début de la chasse aux dieux, créatures et demi-sang, il garde une forme de rancune et méfiance envers les humains qu’il méprise à présent. Son comportement est devenu différent envers les mortels : se montrant méprisant, agressif et irritant tout l’inverse avec ses semblables à qui il montre douceur, compréhension et gentillesse. Les oracles échappent à cette règle, mais la créature se montre tout de même méfiante.

La créature est paradoxale et contradictoire par moments, la bête a beau dire de vive voix qu’elle déteste les humains, rabâcher leurs erreurs, leurs faisant des reproches à chaque occasion, au fond de lui le basilic ne les hait pas. Haïr est impossible pour lui que ce soit contre quelqu’un qui lui a fait du mal ou contre le plus sombre des fils de pute, son grand cœur est son plus gros point faible et défaut.

Malgré cette nature douce, il peut se montrer très intimident et dangereux, suffit de voir la liste des chasseurs qu’il a annihilait avant sa capture. Le basilic est aussi une créature très fière surtout vis-à-vis des humains ne se laissant pas toucher par eux et ne les écoutant pas, il en fait baver aux gardiens de la prison avec son tempérament d’insoumis quitte à se faire tabasser après ou à finir en isolement. Son comportement ne changera pas, plutôt mourir que de baisser la tête devant un humain ou obéir à leurs ordres.

Lorsqu’il plaque en partie sa chevelure en arrière c’est qu’il est prêt à en découdre ou devient sérieux, son bon côté est mis automatiquement de côté du moins visuellement, car il reste une personne douce malgré lui. Le basilic préfère la dissuasion que la violence, s’il y a possibilité d’éviter un combat il le fera.

La politesse est toujours présente chez lui, «s’il vous plaît, merci, excusez-moi...etc. » Sauf si vous êtes un humain attendez-vous qu’il vous rende la politesse que vous lui donnez. Attendez-vous également à entendre une voix froide dépourvue d’émotion digne d’un glaçon, sa voix chaleureuse et son sourire bienveillant ne sont que pour ses semblables et pour les rares humains gagnant son respect, respect ne rime pas avec confiance.

Vous l’aurez compris, le basilic est un mélange explosif de douceur et de fierté. Il est sensible, mais pas fragile comme laisse penser son comportement, c’est quelqu’un de fort psychologiquement. Suffisamment fort pour ne pas s’écrouler sous le poids des émotions.  




Caractère résumé :

X Bienveillant  X aimant X comportement contrasté avec les humains  X garde rancune envers les mortels X méprisant, arrogant et agressive avec les humains X méfiant avec les oracles  X se fait facilement du mouron X naïf et facile à manipuler par ses semblables X protecteur X doute de lui X contradictoire X Pacifique (déteste la violence) X Altruiste X fier (un peu trop) X téméraire X sincère et honnête X n’a qu’une parole X maladroit X lent à la détente par moment X souriant X polit  X têtu X ne sait pas mentir (le mensonge se lit sur son visage).




Autre :

X 1m75 X Se lève automatiquement à 6 hX Paisible lorsqu'il dort X N’est pas difficile en nourriture a une préférence pour les œufs.  X  Bon cuisinier (n’est pas un chef non plus !) X  Aime les forêts et les fleurs X Frileux, il n’est pas rare de le voir se lover contre quelqu’un ou se glisser dans le lit d’une personne à la recherche de chaleur. Affectionne les endroits chauds.  X  Lorsqu’il est mécontent, il siffle comme un serpent X Il aime son prénom « Agapè » (amour en Grec) mais ne l’avouera jamais X  Cherche à faire sortir tout le monde d’ici X Adore les enfants et se montre plus affectueux avec plus jeunes que lui X souvent blesser par les gardiens a causse de son comportement rebelle.




Pouvoir 1 Métamorphose: de sa véritable forme (ICI) il peut prendre forme humaine ou humanoïde, une paire d’ailes lui permettant de voler. Que ça soit sa forme bestiale ou humanoïde ses ailes sont sensibles aussi bien à la douleur qu’au plaisir, surtout à la base des appendices membraneuse.

Pouvoir 2 Empoisonnement:  le poison qu’il produit sous sa forme bestiale flétrie les végétaux qui l’entourent et peut briser les pierres. Son poison devient mortel pour un humain, s’il n’est pas soigné dans les 15 minutes qui suit l’inhalation du poison. Sous forme, humaine /humanoïde, son poison n’est pas mortelle, il affaiblit l’adversaire le rendant fébrile, plus la quantité inhalée et grande plus la fatigue se fait sentir pouvant aller à l’évanouissement sans plus.

Pouvoir 3 Pétrification/paralysie: il peut pétrifiait uniquement sous sa forme bestiale, mais il est impératif que sa proie le regarde droit dans les yeux (durée 1 h). Sous forme humaine/humanoïde ses iris virent au rouge à l’utilisation de ce pouvoir, il peut simplement vous paralyser du moment que vous êtes dans son champ de vision, s’il cligne des yeux ou détache son regard de vous le pouvoir et automatiquement annuler.

Vous l’aurez compris, il est plus dangereux sous sa véritable apparence que sous forme humaine.




Entrave de Nihil : collier pour chien autour du cou, sans déconner.  
Avez-vous été capturé et, si oui, comment? :Oui, j'ai été capturé, n'as-tu pas lu ce qui est écrit en dessus, humain stupide. Pourquoi je porte ce collier sinon ? Pauvre con d'humain misérable et fragile. Capturer après une longue traque de plusieurs années.
L'ombre derrière la légende


Autour de ton corps, amas sans forme contracté sur lui-même, régnaient le vide et l’oppressions silencieuse dans ce sombre abîme t’enveloppant tout entier. Aucun son n'atteignait tes oreilles, aucune lumière ne te parvenait pourtant, tu ressentais une douce quiétude à travers une chaleur chatoyante parcourant ton être. Certains disent que tu es né du sang de Médusa une fois sa tête tranchée par Persée, d'autres par l’accouplement d’un coq et d’un serpent dont l’œuf fut couvé par une grenouille. Tout ça n’a pas d’importance, car le résultat est le même, tu es seul.

À ton réveil, tu étais seul et livré à toi-même, toi qui es né dans le noir total.

Les hommes t’ont baptisé « Basilic » signifiant « petit roi » ou te surnommais « roi des serpents » à cause de ton poison non seulement mortelle pour eux et les végétaux, mais qui pouvait aussi briser les pierres. Tu les as fuis, tu t’es isolé pour ne pas leur faire du mal involontairement. Les tuer d’un souffle ou les pétrifier d’un regard n’étaient pas voulu, tu n’avais aucune maîtrise sur tes pouvoirs.

Autour de toi aucune plante ne pouvait pousser, aucune forme de vie ne pouvait s’approcher la désolation fut ta prison de solitude durant un millénaire jusqu’à arriver à maîtriser tes pouvoirs.

La transformation fut la dernière que tu maîtrisas.



La solitude est une chose douloureuse, mais à présent, tu n’avais plus peur de te mêler aux autres aussi bien humains que dieux, créatures et demi-sang. Ton poison n’est pas mortel pour tes semblables, mais la peur de leur faire du mal t’avait empêché d’aller vers eux.

À présent, tu étais libre d’aller ou bon te semble sans peur de blesser autrui involontairement. Tu pouvais enfin apprécier : la vie, la verdure, l’odeur des fleurs, le son des oiseaux, le bruit du vent dans le feuillage des arbres, le paysage changeant à chaque saison, le contacte entre personne. Le monde te semblait plus rayonnant et coloré remplissant le berceau de ton cœur de sérénité et de joie.

Tu t’es longtemps mêlé aux mortels, apprenant et découvrant leur langage et culture qui changeaient au fil des années. Tu ne restais
jamais longtemps au même endroit, car contrairement aux humains, tu ne vieillissais pas, ta forme humaine restée la même. Les humains étaient des créatures étranges, complexe et fragile, un rien pouvait les tuer pourtant, tu les appréciais, car chaque humain était unique comme chaque divinité. Les mortels sont autant fascinants que détestables d’une certaine façon.

Grâce à eux, tu as remarqué une chose pourtant si évidente, rien n’est éternel sauf le changement.



Oui, il n’y a que le changement qui soit éternel.

Les humains ne savent plus apprécier la vie à sa juste valeur et les plaisirs simple, cela t’attriste profondément. Les humains se tuent entre eux, se vole entre eux, se mentent entre eux et ce viol entre eux, maintenant, ils s’en prennent à vous. L’humanité, a-t-elle attend sa fin ? Ont-ils oublié ce que certains dieux, demi-sang et créature ont fait pour eux ?

Emprisonner les dieux malveillants et créature nuisible, tu pouvais comprendre, mais pourquoi les autres ? Pourquoi faire la guerre à ceux qui n’étaient pas une nuisance ou menace pour eux ? Pourquoi les hommes faisaient-ils des choses si insensées ? Cette guerre était absurde, sanglante et stupide. Pourquoi les mortels cherchent-ils toujours le chaos et la discorde ? La vie est un cadeau précieux, chaque vie est unique et remplie d’authenticité. Pourquoi chercher à la détruire alors qu’elle fanera un jour ou l’autre ?

Chaque chasseur avait ses raisons, comme certain de tes semblables qui avaient rejoint leur cause, certaines raisons te semblaient immorales, cruelles et stupides comme : chasser pour le plaisir, par vengeance ou pour se sentir supérieur aux dieux.

Quand le monde a-t-il aussi mal tourné ?

Les chasseurs vous traquez alors tu traquais les chasseurs, n’hésitant pas à les anéantir, c’était la guerre, il n’y avait aucune place pour l’hésitation, qui défendra les autres qui ne peuvent se défendre ? Tu n’attaquais que les chasseurs, les simples citoyens n’avaient rien avoir dans cette guerre. Nul besoin de les tuer et de les mêler à tout ça.

Tu n’avais rien à gagner en participant à la bataille, pouvant tout aussi bien rester caché menant une vie tranquille jusqu’à ce qu’un jour les humains te trouvent ou doutent de ta nature.

Il était simplement impossible pour toi de rester sans rien faire.



Plus les années passées plus tu étais recherché devenant l’une des créatures à capturer au plus vite. La bête dangereuse que tu es, a marché sur de nombreux cadavres d’humain, à empoisonner bon nombre de ses semblables alliés aux humains avant de battre en retraite ne pouvant les combattre surtout les divinités. Tout cela n’était que de l’autodéfense, après tous les humains vous avez déclaré la guerre voulant vous capturer, pour vous asservir.

Tu t’es salie les mains par amour pour tes semblables  même si certain l’ignore allant jusqu’à trahir ta nature, piétiner tes principes et valeurs pour les protéger, mais surtout tu avais conscience de la conséquence de tes actes. Tu as conscience que tu as privé probablement certains enfants d’un parent, d’autre d’un être cher, d’un frère, d’une sœur,  de parents de leurs enfants…

N’y avait-il que toi qui avais conscience que la douleur touchait les deux camps ?

Pourtant, tu n’as pas de regret malgré la culpabilité, la douleur vive serrant ton cœur et ce goût amer, par fierté, tu refusais de fermer les yeux sur tes actions, car refuser de voir le mal signifie ne pas être mieux que les humains.

Chaque affrontement devenait plus ardu pour toi, les humains avaient fini par développer un antidote contre ton poison avec leur évolution technologique. Pourtant, cela ne t’inspira pas la crainte, mais un sentiment de soulagement sincère, au fond de toi, tu aurais aimé qu’il découvre ce remède bien avant, quand tu ne maîtrisais pas tes pouvoirs.

Les humains devenaient de plus en plus redoutables avec leur technique tout en restant si faible à la fois cela était terrifiant et admirable à la fois.


Les divinités les plus puissantes tombées une par une pourtant, tu ne démordais pas d’un faible espoir. L’espoir fait vivre, mais l’attendre fait mourir alors tu as redoublé les affrontements pour donner un peu plus de raison à cet espoir.

Au final, tu es également tombé, le monstre si terrible et redoutable avait fini par tomber également, après une longue traque qui avait durées de longues années contre un chasseur téméraire et de plus en plus préparé à chacun de vos affrontements. Si des êtes plus puissant que toi comme les dieux étaient tombés rien de surprenant qu’une simple créature comme toi tombe également.

Tu avais fait de ton mieux, tu avais tout donné lors de tes combats au final ceux que tu as protégé se sont fait aussi capturer pour la plupart. Tu avais fait de ton mieux, tu n’avais pas simplifié la tâche aux humains, cela consolait ton ego, mais pas ta fierté.

Un collier de chien autour du cou comme entrave. Humiliation. En plus d’être rebaptisé « Agapè Knightfal », tu avais vraiment touché le fond-là. Ta fierté avait pris un sérieux coup.

Tu hais les humains pour ce qu’ils ont fait ! Tu les hais pour ce qu’ils vous ont fait !

Tu te hais pour ne pas véritablement les haïr au fond de toi.

Âge:21 ans
Comment tu as trouvé le forum ? Phoenix~❤️  
Un petit commentaire ? Le français n'est pas ma langue maternel mais je fais des efforts
Le Néant
Le NéantGénèse grouillante
Date d'inscription : 12/06/2018
Messages : 213
Profil Académie Waverly
Rien n’est éternel sauf le changement [FINI] (Basilic)  EmptySam 5 Jan - 23:51

Validé !

Bienvenue sur le forum


THIS SWEET CHILD DESERVES LOVE :SOBBINGHARD:
Tu es donc validé sans aucune hésitation, évidemment!

Maintenant, libre à toi d'aller réserver ton avatar & ton appartenance non-humaine si tu... n'es pas humain (logique, merci Néant-obvious!) juste là!

N'oublie pas, également, d'aller lancer un dé pour avoir connaissance de ton premier pouvoir débloqué, juste là!

Également, pour finaliser le tout, si tu le souhaites, tu peux aller flâner du côté des relationships & des liens d'rps! Pour cela, il te suffit de te rendre ici!

Bon jeu parmi nous! ♥️
Le Néant.