Don't think you were not missed || Medjed

Anubis
AnubisDieu de l'Outre-Monde Egyptien
Date d'inscription : 30/12/2018
Messages : 19
Profil Académie Waverly
Lun 31 Déc - 13:56
You have no idea...I was so worried about you.

Depuis mon arrivée ici, en ces terres désolées que nulle divinité ne semble bénir, j’avais eu l’opportunité de rencontrer bien des individus. Certains bons, d’autres moins. Certains animés par de louables sentiments, d’autres par leurs antipodes. Des humains bien plus malin qu’on aurait pu le croire et des dieux parfois plus imbéciles que tout ce que l’on aurait pu imaginer de pire.

Mais une rumeur m’était alors parvenue, chantant à mes oreilles telle un fantôme macabre, obscur. Je n’aurais sans doute pas dû ressentir de frisson d’effroi à ce que j’entendis cette fois-là. Mais ce fut bien malgré tout, plus fort que moi. Son nom m’avait tiré de l’apparente indifférence qui avait fini par gagner mes traits.

Aussi, dès lors que j’en su davantage, je me hâtais vers l’endroit où l’on m’avait dit l’avoir vu. Je fis confiance à cette source, sans la remettre en question une seule fois. Seul m’importait le fait de le revoir. Car plus que ma propre existence en ces lieux, pouvoir protéger ceux qui me font chers et qui l’ont toujours été demeurait être l’un de mes principaux leitmotiv. Je ne pouvais pas tomber avant eux. Jamais.

Alors, tandis que se dessinait finalement sa silhouette au creux de mes sombres rétines, je ne peux empêcher mes lèvres de s’ourler en un rictus soulagé. « Medjed. » Seulement son nom, rien de plus. Car je le connais suffisamment pour savoir comment m’adresser à lui. Mais peut-être ne suis-je plus vraiment le bienvenu à ses côtés. Après tout, depuis combien de temps ne nous sommes-nous pas parlé ? Vu ? De bien longues années, à n’en point douter. Quand bien même le temps n’a pas le même effet sur nous que sur les humains, par exemple.

Mais cela, il est le seul à pouvoir me le dire. Parles-moi, Medjed.


©️ 2981 12289 0
Medjed
MedjedDieu Egyptien de l'Accompagnement Mortuaire
Date d'inscription : 26/11/2018
Messages : 20
Profil Académie Waverly
Mer 2 Jan - 20:55
On ne s’était jamais senti si seul. Si oublié. On était invisible aux yeux des autres - même l’entrave de nihil ne pouvait l’empêcher d’activer ce don. Alors une forme d’apathie gagne Medjed. On finit par s’ennuyer, par ne plus prendre goût à rien. Même les blagues avec Ares ou Chronos ne sont plus si drôles.

En même temps, la vie en prison serait bien plus facile si, à défaut d’être connu, on était reconnu. Même au sein du panthéon égyptien, on attirait les coups d’oeil mornes et indifférents, les regards qui veulent dire “c’est qui celui-là et qu’est-ce qu’il fout ici”.

Alors on broie du noir.
Venir ici n’était sans doute pas une idée de génie, mais on pensait au moins être parmi les siens. A la place, on est l’inconnu au milieu d’une foule familière.

Medjed.

On relève la tête brusquement, l’espoir brillant au fond des yeux. Hallucination auditive provoquée par la solitude ou réalité ? Mais on le voit, aussi net que peut l’être une silhouette embuée par des larmes. On pose un genou à terre, offrant la déférence et le respect que l’on doit à un dieu majeur.

Maître.

Et on baisse la tête ; mérite-t-on seulement de se trouver en sa présence ? On a failli à la mission après tout. On connaît Anubis, on sait qu’il aime, et on l'aime en retour. Mais Medjed, dieu châtieur, se châtie lui-même pour avoir abandonné son poste de sa propre volonté. Pour avoir déçu ceux qui comptent.

_________________
Medjed parle en #990000.
Anubis
AnubisDieu de l'Outre-Monde Egyptien
Date d'inscription : 30/12/2018
Messages : 19
Profil Académie Waverly
Sam 5 Jan - 0:11
You have no idea...I was so worried about you.

Maître. Tu n’imagines sans doute pas à quel point cela me fait mal et me heurte de t’entendre encore m’appeler ainsi, Medjed. Je sais ne pouvoir t’en vouloir. Tu ne fais qu’agir comme tu penses qu’il est juste que ce soit le cas. Mais tout de même…

Je réprime un soupir qui pourrait être mal interprété et tente de dissimuler mon trouble autant que possible. « Relèves-toi donc, je te prie. » J’inspire avant de prononcer la suite. « Mon fils. » Car ainsi que je te considérais déjà auparavant et encore maintenant. Peu importe les années, peu importe les évènements. Tu resteras l’un de mes plus proches. Si je ne t’ai enfanté, au moins suis-je bien conscient de l’importance de ta mission, de ton existence. Les humains t’ont oublié. Peut-être. Mais pas moi.

Tu es bien plus grand que moi, ainsi. Et malgré tout cela je ne peux m’empêcher de vouloir te protéger. Quel jugement hâtif pour celui qui s’est fait capturé si facilement. Qui s’est jeté dans la gueule des chasseurs. Mais ceci est encore une autre histoire. « Comment te portes-tu ici-bas ? »

J’étais intéressé par ce que tu avais à me raconter, mon ami. Racontes-moi. Abreuves toi de ce savoir neuf dont je suis encore dépourvu, bien malgré moi. J’aimerais pouvoir m’excuser de n’avoir pas été suffisamment présent pour toi.



©️ 2981 12289 0
Medjed
MedjedDieu Egyptien de l'Accompagnement Mortuaire
Date d'inscription : 26/11/2018
Messages : 20
Profil Académie Waverly
Mer 16 Jan - 12:59
La maître soupire ; on se retient de tressaillir. Ne pas montrer de faiblesses, même si Anubis sait qu’on en a. Ne pas montrer d’humanité. Sur ses ordres, on se redresse, la tête toujours baissée. On regarde ses pieds, comme s’il n’y avait rien de plus intéressant au monde.

Mon fils.

On relève la tête, les yeux brillants d’émotions. Peut-être de larmes, un peu, aussi, mais on ne l’admettra pas. Personne n’a jamais su lire les traits de ce visage ; on en profite parfois pour laisser transparaître les sentiments qui font mal. Le chagrin. La peine. La douleur. Personne ne le voit jamais, sauf Anubis. Et ça tu l’avais oublié.

Ça va mieux maintenant que je vous sais en vie, Maître.” dit-on, un sourire tremblant dans la voix. “Même si les circonstances ne sont pas appropriées, je suis heureux de vous voir.

On hoche la tête, en signe de respect. La vérité est sortie, accablée de remords et pourtant si sereine. On avait retrouvé une famille, en quelque sorte. Et ça avait quelque chose de rassurant. Comme une maison, quand on rentre chez soi, qu’on peut être soi-même.

Maître… J’ai été si seul…

La voilà, la vérité. Un murmure, qu’on espère être passé inaperçu. Un chuchotement qui, s’il a été entendu, fera pleurer Medjed.  

_________________
Medjed parle en #990000.
Anubis
AnubisDieu de l'Outre-Monde Egyptien
Date d'inscription : 30/12/2018
Messages : 19
Profil Académie Waverly
Jeu 17 Jan - 10:47
You have no idea...I was so worried about you.

Seul… Ce simple mot suffit à me transpercer le cœur. Mon pauvre, pauvre Medjed. Il continue à m’appeler Maître mais je n’ai pas le cœur de le reprendre. Pas maintenant. Les choses sont suffisamment compliquées et obscures pour nous à l’heure actuelle. Je ne dois pas l’accabler davantage qu’il ne l’est déjà.

Alors, dans un geste qui, j’espère, ne le fera pas fuir ou autre chose du même acabit, je prends soin de refermer mes bras sur lui. J’ai toujours aimé prendre les êtres qui me sont chers dans mes bras. Cela me rappelle qu’ils sont toujours en vie et que je peux encore profiter de leurs présences. Cela m’apaise.

« Ne t’inquiètes pas, Medjed. Je ne te laisserais plus seul, désormais. Je te le promets. » Il est celui que je considère comme mon fils, aussi je me refuse à le laisser ainsi, en arrière. Jamais il n’aurait pu mériter un sort tel.

« Racontes-moi, Medjed. Comment ont-ils réussi à faire de toi… » Je n’ose finir ma phrase, ne sachant qu’employer comme terme sans me sentir outrageusement coupable. Il me faut faire amende honorable, désormais. Je l’ai laissé seul et voici le fruit de ma bêtise. De mon incapacité à être un individu protecteur digne de ce nom. Je jure de me rattraper. Quel qu’en soit le prix.



©️ 2981 12289 0
Medjed
MedjedDieu Egyptien de l'Accompagnement Mortuaire
Date d'inscription : 26/11/2018
Messages : 20
Profil Académie Waverly
Ven 25 Jan - 19:36
On ne sait pas où se mettre. Après tout, on n’a pas vraiment l’habitude de dévoiler ce genre d’états-d’âmes, et d’être écouté. On a encore moins l’habitude de recevoir tant de chaleur et d’amour, sans aucune raison. Ca faisait si longtemps. On se raidit au contact des bras se refermant sur soi, mais on se détend bien vite. Cette sensation si familière, on en avait envie depuis des années, inconsciemment.
Le voilà, le poids de la solitude.
Les voilà, les larmes.

On se retient de protester. Ce n’est pas le rôle du maître, et on n’est plus un enfant désormais. Mais pour quelques minutes, on aimerait bien s’attarder dans ses bras si rassurants, si paternels. Rien qu'un instant, l'idée de l'appeler "Père" effleure ses lèvres.

Merci.

Et on met tellement d’émotions dans ce simple mot. De la gratitude, du soulagement, de la joie mais aussi de la peine. C’est un véritable crève-cœur, de ne pas se sentir à sa place. D’avoir l’impression d’être un fardeau. On se mord les lèvres. La vérité ne plaît pas.

Je… Me suis rendu. De mon plein gré.

Sans aucune lutte menée, sans chercher à vivre par soi-même, pour soi-même, on s’est rendu. Par solitude, par ennui, par inaction. Parce qu’on ne savait plus quoi faire, désormais.

Je suis désolé d’être une telle déception pour notre panthéon.

Peut-être sera-t-on banni ? Ou alors, ironiquement, peut-être sera-t-on châtié ? Une disgrâce pareille ne peut demeurer impunie.

_________________
Medjed parle en #990000.
Anubis
AnubisDieu de l'Outre-Monde Egyptien
Date d'inscription : 30/12/2018
Messages : 19
Profil Académie Waverly
Dim 3 Fév - 18:49
You have no idea...I was so worried about you.

Oh, Medjed… Tu n’as probablement pas idée à quel point te voir si torturé me prend aux entrailles ; celles-là même dont je suis responsable dés lorsqu’il est question de momification. Je n’ai, visiblement, pas été capable de tenir mon rôle de père, de mari et surtout… de Protecteur. Envers toi, ce dernier rôle était probablement le plus important. Mais par apparente négligence, je t’ai laissé te replier encore plus sur toi-même ; perdant là même la fierté dont je m’étais acquitté. Je suis celui qui devrait être puni. Pas toi, mon enfant.

« Pardonne-moi, mon fils. Pardonne-moi de ne pas avoir été à même de te protéger suffisamment pour que tu n’envisage pas de te rendre ici, de toi-même. » Je n’ai malheureusement que des mots à t’offrir. Mais désormais que nous sommes réunis, je prendrais garde à te protéger du mieux que je le peux. Je me doute que tu dois sans doute me porter griefs – à raison – pour avoir disparu de ton champ de vision, comme je l’ai fait auparavant. Mais je me promets muettement de tâcher de rattraper mes erreurs passer. Tu n’as pas à payer le prix de mon imbécilité, après tout !

« Par Râ ; je suis tout de même soulagé de voir que tu apparais en bonne santé. Ils ne t’ont pas malmené, j’espère ? » Je ne mentionnerais pas mon attache de nihil. Pas maintenant. Ton bien-être passe avant le mien. C’est la logique à laquelle je me tiens te concernant, la logique que devrait avoir tout parent.




©️ 2981 12289 0
Contenu sponsorisé
Profil Académie Waverly