Who is the monster and who is the man ? || TSUKIKO "ONI" WATANABE

Tsukiko
Tsukiko "Oni" Watanabe
Date d'inscription : 27/12/2018
Messages : 1
Profil Académie Waverly
Sam 29 Déc - 15:35

Tsukiko “Oni” Watanabe

Je ne participe jamais à ce qui m'entoure, je ne suis nulle part à ma place.

Panthéon d'origine / de rattachement : Aile Est
Âge : 19 ans d’apparence, environs 50 ans dans les faits
Orientation : Probablement bi et asexuelle
Avatar : Lavinia Whateley ft. Fate/Grand Order
Vous pouvez, au choix, rédiger entièrement votre caractère ou le bâtir sous formes d'adjectifs. Veillez simplement à ce qu'il soit cohérent.


Pouvoir 1 : ✝️ Haunted Nightmares ✝️
Lorsque vous vous endormez paisiblement, espérant que vous allez -vainement- pouvoir vous reposer, Tsukiko peut venir pervertir vos rêves. En proie à d’horribles cauchemars, vous pouvez au mieux ressentir la pire peur de votre vie et au pire … Mourir de frayeurs. Ce pouvoir marche surtout sur les humains, qui ont moins de résistance psychique que les Divinités. De plus, Tsukiko doit être à proximité de la personne qui dort et surtout … Elle ne le contrôle absolument pas. Ainsi, il suffit d’une émotion un peu forte et la voilà qui vous renvoi à votre pires traumatismes et peurs.
Pouvoir 2 : ✝️ Horns ✝️
Tsukiko peut faire pousser ses cornes. Vous vous dites “Mais c’est nul ! Et en plus, elle n’en a qu’une”. Oui. Sauf lorsque ce pouvoir se déclenche. A ce moment là, deux cornes gigantesques apparaissent sur le sommet de son front, des cornes plus solides que le plus résistant des matériaux. Incassables et pointues, elle peut facilement les utiliser comme arme contre un adversaire et l'embrocher sans aucune difficulté. Petit avantage : lorsque son pouvoir est actif, elle ne ressent plus aucune sensation au niveau de sa corne. Cependant, une fois revenue “à la normale”, la douleur est tellement forte qu’elle peut tomber dans les vapes pendant des heures voir plusieurs jours. Elle contrôle un peu mieux ce pouvoir car il lui suffit d’être en colère. Cependant, il arrive qu’il y ait encore des ratés.
Pouvoir 3 : ✝️ Silvery Bludgeon ✝️
Sur demande, Tsukiko peut faire apparaître un gourdin d’environ 1m50 argenté. Tout comme ses cornes, ce gourdin semble être fait en acier mais la matière est si solide qu’elle ne l’a jamais vu se casser. Et quand bien même cela arriverait, elle peut facilement le faire réapparaître. Le gourdin est bien trop grand pour elle, mais étrangement quand elle le manie le gourdin lui semble aussi léger qu’une plume. Mais pour ces adversaires, le gourdin s’abat tel une massue lourde d’au moins une tonne. C’est le seul pouvoir que Tsukiko peut utiliser facilement car il lui suffit d’y penser pour que le gourdin se matérialise dans sa main.
Entrave de Nihil : Un collier serre-cou faisant penser à un collier pour chien, que Tsukiko cache tant bien que mal avec des cols roulés remontés.
Avez-vous été capturé et, si oui, comment? :
En un mot ? Volontairement.
… Bon. C’est peut-être un peu court.
Disons que Tsukiko en avait marre de vivre parmis les humains. Elle en avait même marre de vivre tout court. Alors, lorsque les chasseurs commençèrent à traquer Dieux, Déesses et Divinités, Tsukiko s’est volontairement offerte à l’un des chasseur. Son attitude suicidaire et ses airs de chaton effrayé suscitèrent de la méfiance chez cet homme qui, dans le doute, la captura en lui infligeant torture et douleurs pour éviter toute tentative de malice à son égard. Un homme adorable, en somme.
L'ombre derrière la légende
[DISCLAIMERS : Le début de l'histoire est un peu graphique donc si vous n'êtes pas à l'aise avec tout ce qui touche au sang, torture ou violences/violences sexuelles ne lisez pas le début merci !]


Tout commença sur les terres du Japon.

50 ANS AUPARAVANT


Une femme aux longs cheveux bruns, aussi noir que du charbon, hurlait à la mort. Pleurant et suppliant que son calvaire s’arrête, de grandes perles de sueurs roulaient le long de son front puis de ses joues. Son visage était déformé par la douleur, comme si son corps était déchiré de part en part. De temps en temps, une femme lui épongeait le front, tentant vainement de la soulager ne serait-ce que quelques secondes. Autour d’elle, deux autres femmes observaient le spectacle, la main posée sur leurs bouches en signe de dégoût et de frayeurs. Un médecin s’affairait, presque aussi fatiguée que la future maman qui poussait, encore et encore, tentant de mettre au monde son “enfant”.
Mais pas une seule trace de joie face à cette naissance.

En effet, neuf mois plus tôt, cette jeune japonaise d’à peine vingt années n’aurait jamais imaginée être mère. Et pour cause : célibataire, jeune et innocente, elle vivait encore chez ses parents. Jusqu’à ce soir, funeste et cruel. Des cauchemars, elle en faisait parfois ; mais elle n’avait jamais rien vécu de tel depuis sa naissance. Plongée dans son rêve, une créature immonde lui apparut : écarlate, mesurant au moins deux ou trois mètres, pourvu de cornes, de longues dents pointues et d’un pagne. Très rapidement, la jeune femme savait ce que c’était. Au pays du Soleil Levant, tout le monde connaissait les terribles “Oni”, ces créatures démoniaques qui à l’origine protégeaient l’homme des Ténèbres … Avant de se faire dévorer par ces dernières. Depuis, prières, offrandes et rituels de purification permettait de les éloigner des foyers. Mais pas ce soir-là. Impuissante face à ce monstre, la jeune fille ne pouvait plus contrôler son propre rêve et c’est tout aussi désemparée qu’elle vit cette créature abuser d’elle, la violant pendant son sommeil. Elle se réveilla après ce qui semblait être une éternité, tremblante, en sueurs et en pleurs, espérant effacer ces images de son esprit rapidement.

Jusqu’à ce qu’elle voit les traces de sang partout autour de ses jambes et sur son lit.

Après cet incident, la jeune femme comprit vite qu’elle n’avait pas simplement rêvée. L’avortement, toujours aussi mal vu, était inenvisageable à ce moment-là tant par son côté illégal que son coût. Alors la jeune femme tenta de vivre sa grossesse aussi secrètement que possible, le cachant à tous notamment ses propres parents. Elle vit plusieurs prêtres, pour savoir si son enfant serait “normal” malgré une conception … Digne des pires films d’horreurs. A chaque fois, elle finissait par devoir prendre la porte, se faisant gentiment pousser vers la sortie avec horreur et consternation. Alors elle prit sur elle, pendant environs 8 mois. Mais elle ne pouvait pas le cacher éternellement; sa mère finit par comprendre que sa fille était enceinte. Alors elle lui raconta tout, pleurant toutes les larmes de son corps. En une nuit, elle se retrouva à la rue, seule, enceinte jusqu’au cou et avec seulement quelques affaires dans un sac.

Heureusement, une vieille amie à ses parents la prit en pitié et accepta de la garder chez elle le temps qu’elle puisse accoucher. Et nous voilà au moment fatidique.

Après des heures et des heures de souffrance, la jeune femme crue qu’enfin, elle serait libérée.
Quelle erreur.
D’un coup, alors que le médecin lui disait de continuer à pousser, elle se mit à hurler. Mais son hurlement n’avait plus rien de celui d’une femme qui accouche; c’était un hurlement de douleur et de souffrance tel qu’une des infirmières eu la chair de poule. Elle se mit à supplier de tout arrêter, qu’elle se sentait très mal, comme si quelque chose lui arrachait le ventre. Mais le médecin l’ignora, se contentant de répéter qu’elle devait pousser si elle voulait que ça se termine. Puis, tout alla très vite. Le médecin commença à sortir l’enfant, qui se présentait dans le mauvais sens. Puis, du sang, énormément de sang, bien trop par rapport à ce qui est considéré comme normal. Paniqué, il hurla à l’infirmière de ramener des compresses pour arrêter l'hémorragie. Mais le sang continua de couler, de plus en plus, sur fond des hurlements de la mère qui demandait à ce qu’on l’achève, qui ne voulait plus continuer. Elle ne poussait plus et respirait à peine entre deux cris.

Puis, l’enfant vit enfin entre ses mains. C’est seulement à ce moment-là que le médecin se rendit compte qu’il n’y avait pas que l’enfant qui était sorti; comme accrochés à son front, les entrailles de sa mère avaient accompagné la naissance de l’enfant. Les yeux déformés par l’horreur, le médecin tenta de maîtriser la catastrophe, mais la jeune femme avait perdu trop de sang. Son corps avait été perforé de l’intérieur à cause de son enfant, condamnant la mère. Ses yeux eurent à peine le temps de croiser le visage de son enfant que toute vie s’éteignit dans ces derniers, sa tête tombant légèrement sur le côté. Le médecin se retint de vomir, portant l’enfant dans ses bras, alors qu’une des infirmières s’était évanouie et que la deuxième avait préféré quitter la salle d'accouchement en hurlant et en pleurant. Un silence de plomb régnait dans la salle et c’est seulement à ce moment que le médecin, vérifiant que l’enfant n’était pas blessé qu’il remarqua quelque chose. Quelque chose qui continuera à le hanter pendant des années.

Une petite paire de cornes, aussi noirs que les cheveux de la jeune femme, se dressaient sur le front de l’enfant.
Félicitation, c’est une petite fille.

[EN COURS]
Âge: 10 ans  
Comment tu as trouvé le forum ? C'est mon DC donc euh voilà
Un petit commentaire ? Pouet
Kay Keeh
Kay KeehGardien de la prison Catharsis
Date d'inscription : 16/12/2018
Messages : 20
Profil Académie Waverly
Sam 29 Déc - 16:42
Hi.
*donne les papiers d'adoptions*

_________________
Avatar par Chronos ♥️
Liens
Fiche