À un hiéroglyphe de différence ❞ – Kil'Hua

L. « Dragon » Cadelían
L. « Dragon » CadelíanScientifique instigateur
Date d'inscription : 22/12/2018
Messages : 16
Profil Académie Waverly
À un hiéroglyphe de différence ❞ – Kil'Hua EmptyVen 28 Déc - 21:08


“I realized one day that I hate this world.
Míw et M'w
Ft. Kil'Hua




Tu étais un scientifique, certes, mais un scientifique avide de toutes sortes de connaissances. Et comme tu avais reçu un Temps bien plus long que le commun des mortels, tu en avais profité pour étancher ta soif de connaissance, et tu t'étais attaqué à l'apprentissage des anciennes langues. Latin, égyptien, akkadien, tu les maîtrisais à peu près aujourd'hui; tu n'avais pas poussé le vice jusqu'à les parler parfaitement, tu voulais simplement les bases. Tu avais songé à te mettre au grec mais au final tu n'avais pas eu l'occasion de t'y mettre. Bah, tant pis, tu avais encore tout le Temps pour ça.

Feuilletant un de tes sacro-saints dossiers, tu avançais dans les couloirs de Catharsis, ignorant allègrement les regards de ceux que tu croisais. Tes cheveux roses cascadaient dans ton dos, seule tâche de couleur dans ta tenue blanche de scientifique. Après quelques bifurcations, voilà que tu entrais dans l'aile sud, qui abritait le pavillon égyptien, destination de ta quête de savoir du jour. La chaleur te fit presque suffoquer et la présence d'autres personnes autour de toi fut la seule chose qui t'empêcha de pester à voix haute contre tes cheveux qui feraient de très jolies boucles, jolies mais chiantes à démêler, si tu restais ici plus longtemps.

Il était bientôt l'heure de l'ouverture des portes et tu ne voulais pas que ta victime du jour ne te file entre les doigts, raison pour laquelle tu allongeas le pas jusqu'à arriver à la bonne cellule. La déverrouillant, tu y entras sans même t'annoncer, sans même prendre le temps de vérifier que l'occupant soit prêt à t'accueillir. Bon, certes, après avoir déboulé face à un Cernunnos étalé au milieu de la pièce, nu comme un ver, plus rien ne pouvait t'étonner, ou te choquer. Enfin, tu l'espérais. « D'après mes données, tu es Kil'Hua, 20 ans, fils demi-sang de Bastet, énonças-tu en guise de bonjour, nichant tes lunettes sur le bout de ton nez pour mieux lire tes notes. Est-ce exact ? » Sans même vraiment attendre la réponse, tu fis le tour de la bestiole, jaugeant, notant, annotant. Pour un fils de Bastet, tu t'étais attendu à un individu plus... impressionnant que ça. La déesse féline avait engendré un ado chétif, de ce que tu voyais. Mais qu'à cela ne tienne, tu n'étais pas là pour ça. « Comment as-tu grandi ? Qui t'a élevé ? Que sais-tu de ta mère ? » Les questions se bousculaient sur tes lèvres, tant tu voulais tout savoir, tout découvrir. Tu allais décortiquer chacune de ses paroles, les essorer de tout ce qu'elles contenaient et qui pourrait t'être utile. Quitte à mettre la main sur la mère, tu allais commencer par cuisiner le fils. Et tu allais le faire bien.

Kil'hua
Kil'huaFils de Bastet
Date d'inscription : 22/12/2018
Messages : 8
Profil Académie Waverly
À un hiéroglyphe de différence ❞ – Kil'Hua EmptyVen 28 Déc - 22:26
Quelle beauté, mais quelle monstruosité qu'en fermer tant de dieux dans un si petit endroit. Comment des ego surdimensionnés pouvaient tenir dans une prison comme cela ? C’était incroyable,et tout ce qui était incroyable devait être compris. Était-ce pour cela que le jeune demi dieu ne semblait pas être mécontent de son sort. Serte, il avait perdu un pouvoir qui lui était cher, mais, pour lui, c’était le prix à payer pour que les Humains puissent lui apprendre des choses. Comment voulez vous apprendre d’un être effrayé ? Alors même s’il n’était pas dans les meilleures conditions, Kil’hua se ferait un plaisir de s’instruire.
Au début, il avait été impressionné par le bâtiment, par sa taille autant que par sa fonction. Les êtres voulaient garder les dieux sous contrôle ? Pourquoi ? Ils n’avaient pourtant rien fait de grave. Peut-être avaient-ils été trop durs avec les Humains… Le demi dieu savait bien entendu que le monde n’était pas tout blanc, mais il n’était pas tout noir non plus.
Un soupir, c’est tout ce qui sortit de sa bouche en cette matinée bien trop banale. Son lit n’avait rien en commun avec son chez lui, la douceur du velours s’était transformée en une sorte de tissu tellement rigide que rien ne semblait pouvoir la déchirer. Enfin, il s'en fichait, car encore une fois, il savait que même si la vie n’était pas la même, c’était en sortant de là où il se trouvait en sécurité qu’il aurait le privilège d’apprendre. Avait-il seulement fait le bon choix ?
L’heure n’était pas aux remords, il y était, il y resterait.
Allongé sur la chose qui lui servait de lit, il semblait fixer un point invisible sur le plafond. La chaleur du pavillon égyptien frottait contre la peau du haut de son corps. Même s’il devait céder des choses pour apprendre, il admettait volontiers que le fait d’avoir réchauffé cet endroit était un luxe sans égal. Comment des dieux pouvaient vivre dans un climat froid ? C’était impensable pour lui.Bref, le demi dieu était donc en train de rêvasser, les oreilles tendus pour écouter les choses autour de lui, et les yeux fermés pour apprécier ce moment de calme et de sérénité…
Quelque chose s’approchait de sa cellule, des pas se faisaient entendre, et il devenait de plus en plus présent dans la tête du demi dieu. Néanmoins, il n’y fit pas attention, pensant que cela n’était qu’un garde cherchant quelque chose qu’il avait sans doute perdu autour de la cellule de Kil.
Étrangement, quand une personne entra dans sa cellule sans un bonjour, il ne fut pas offensé. Peut-être s’attendait-il à cela ? Ou alors il s’était tout simplement habitué à l’absence de politesse…
Bref, ses yeux s’ouvrirent petit à petit, sortant de son monde parfait pour revenir dans cette prison. Une pointe d’étonnement put être vu quand il croisa les cheveux de l’homme devant lui. Aucun jugement n’ébranla son esprit, étant habitué à être droit quelle que soit la personne devant lui,” l’habit ne fait pas le moine”...
D'après mes données, tu es Kil'Hua, 20 ans, fils demi-sang de Bastet, est-ce exact ?
L’homme balança des informations sur Kil’hua avec une rapidité qui fit sourire le demi dieu. Au moins, il serait direct…

Bonjour. Oui, je suis Kil’hua, fils demi sang de Bastet, vos informations sont exactes....

Un autre petit sourire ébranla son visage, changeant drastiquement sa tête qui semblait s’être réveillé il n’y a pas longtemps. Le demi sang vit rapidement que son interlocuteur laissait balader ses yeux, sans doute s’attendait-il à plus de muscles ? Kil’hua avait toujours préféré s’instruire qu’entraîner son corps.

"Comment as-tu grandi ? Qui t'a élevé ? Que sais-tu de ta mère ?"

Les questions s’enchaînèrent à une vitesse perturbante, allant presque agresser le jeune homme, mais son sourire resta figé sur son visage. L’homme était donc scientifique, et il était venu pour l’interroger sur sa mère. Était-elle dangereuse pour les Humains ? Pourtant, Bastet avait toujours semblé être aimé des Humains. C’était étrange qu’il lui pose des questions sur elle et non sur lui, même s’il avait compris que par son statut de demi dieu, il n’était pas très intéressant, et il devait l'avouer, c’était vrai.

Malgré cela, il aimait connaître les noms des personnes avec lesquels il échangeait.

J’ai grandi avec ma mère, elle ne parlait pas beaucoup d’elle donc je ne savais pas grand-chose, puis-je savoir votre nom ?”

Que pensait-il ? Qu’il allait lui donner des informations sur sa mère sans aucune compensation, sa gentillesse avait des limites. Il n’allait pas compromettre sa mère parce que ses envies l’avaient mené ici.
L. « Dragon » Cadelían
L. « Dragon » CadelíanScientifique instigateur
Date d'inscription : 22/12/2018
Messages : 16
Profil Académie Waverly
À un hiéroglyphe de différence ❞ – Kil'Hua EmptyVen 28 Déc - 23:46


“I realized one day that I hate this world.
Míw et M'w
Ft. Kil'Hua




Le demi-sang ne sembla pas se formaliser outre mesure de ton manque de politesse ou de ton intrusion dans sa cellule. Bien, au moins il avait appris à ne pas se montrer trop véhément face à ses maîtres et geôliers. Un bon point pour lui. Tu n'avais jamais vu la déesse chat, et le contraire aurait été étonnant, mais tu songeais que ce Kil'Hua devait probablement lui ressembler, ne serait-ce que dans sa stature. Un chat, c'est souple, tout en nœuds et en muscles délicats. Ça ne cogne pas fort mais c'est vicieux. Tu avais eu un chat, il y a longtemps, et ça n'avait clairement pas été l'amour fou entre vous deux. Trop indépendant, ces bestioles-là. Ou trop câlins. Jamais de juste milieu. Puis ça hurle, ça pisse, et ça bouffe plus que toi. Et ça bouffe des trucs chers, en prime !

Il continue à sourire, tel un bienheureux, mais tu n'y prêtes pas attention. Qu'il soit en train de sourire ou de trembler de peur t'importe peu, tant que tu as tes réponses. Il te confirme que nulle coquille ne traîne dans tes (maigres) notes pour le moment, amen. Tu en aurais étriper le chasseur responsable de sa capture, dans le cas contraire. Tu détestes devoir reprendre des infos et corriger leurs bévues. C'est pas ton job, ça, bordel.

Sa réponse te prit par surprise, tu dois l'avouer, mais tu ne laissas rien transparaître sur ton visage neutre. Il a été élevé par sa mère ? Par Bastet ? C'est inespéré. La plupart des demi-sang n'ont jamais connu leur parent divin, parfois ignorent même jusqu'au nom de celui-ci. Tu tapotes ton stylo-bille contre ton menton, songeur. Après tout, Bastet est connue comme étant la déesse de la maternité, alors il n'est peut-être pas si étrange que ça qu'elle ait désiré garder son fils auprès d'elle. Puis le dégout te submerge, violemment, laissant sur ta langue un goût acide. Observer cette créature te rappelait un peu trop ce fils que tu avais perdu, que tu n'avais pu sauver de la folie de sa divine mère. « Intéressant. » Tu laisses un rictus froid flotter sur tes lèvres alors qu'il te demande ton nom. Tu plonges ta main dans la poche de ta blouse blanche, en tire un petit vaporisateur rempli d'eau. D'un air blasé, tu le lui flanques devant la tronche, et appuie à deux reprises, lui envoyant une giclée d'eau froide au visage. Les chats n'aiment pas, comme tu as pu l'expérimenter avec la sale bête dont tu t'es occupé il y a des années. Un fils de la déesse-chat ne devrait pas plus apprécier. Comme tout être humain qui se voit projeter de la flotte à la gueule, probablement. « C'est moi qui pose les questions, demi-sang. » Tu ranges ton vaporisateur et poses tes fesses sur le bord du lit, les jambes croisées. « Tu dis avoir grandi avec elle, mais ne rien savoir ? J'ai connu des réponses plus convaincantes. » De toute manière, tu te fiches de savoir si elle préfère les roses ou les pâquerettes, ou la couleur de ses chaussettes favorites. Non, ce que tu veux connaître, ce sont ses habitudes, ses faiblesses. Le moyen de l'attraper.

Tu avais été ravi d'apprendre qu'un enfant de Bastet avait été attrapé, mais tu avais vite déchanté. En tant que divinité protectrice, tu avais espéré qu'elle accoure ventre à terre pour délivrer son fiston, mais jusqu'à présent il n'en était rien. Tu avais songé qu'elle se fichait complètement de son existence, et c'était pourquoi tu avais pris la décision de l'interroger personnellement. Et tu comprenais de moins en moins : elle l'avait gardé auprès de lui, mais ne faisait rien alors qu'il était coincé à Catharsis ? Nonsense. Autant ne pas tourner autour du pot. « Cela ne te fait-il rien qu'elle te laisse moisir ici, alors qu'elle a pris la peine de t'élever ? » Ton sourire se fait froid, cruel. « Ou bien étais-tu le vilain chaton de la portée, et est-elle soulagée de t'avoir enfin hors de ses pattes ? » Parfois, avec certain sujet, il faut faire preuve de violence. Pas forcément physique, évidemment, puisque les mots sont la plus cruelle des armes, comme tu le sais si bien. Il a l'air stoïque, blasé, mais tu comptes bien le faire sortir de ses gonds, lui faire cracher colère et informations. Peut-être le récompenseras-tu alors d'une pelote de laine. « Bien, reprenons. Où viviez-vous, et avec qui ? Ton père ? Des frères et sœurs ? » Comme tu as hâte de voir s'il sortira les griffes.


Kil'hua
Kil'huaFils de Bastet
Date d'inscription : 22/12/2018
Messages : 8
Profil Académie Waverly
À un hiéroglyphe de différence ❞ – Kil'Hua EmptySam 29 Déc - 18:54
Le visage de l’homme resta neutre, c’était très intéressant. Aucune émotion ne transparaissait le faciès du scientifique, comme s’il ne voulait en aucun cas laisser entrevoir ses sentiments face à un demi dieu. Le doux sourire de Kil’hua s’accentua, ce sourire qui pourrait faire changer un tueur en un enfant de foi, mais malheureusement, l’homme ne semblait pas être le genre de personne que Kil’hua pouvait faire changer facilement. Il avait vu tant de personnalités, tant de différences, aucunes ne se ressemblaient, tous différaient… L’homme semblait vouloir absolument les informations concernant sa mère, c’était assez drôle sachant que Kil’hua savait tout ce qu’il y avait à savoir. Là où l’homme fit une erreur fut dans sa façon de faire, jamais le demi-dieu ne donnera d’information à un homme comme lui, c’était tout simplement impossible. Il avait toujours été quelqu’un qui savait garder les secrets, et ce ne serait pas un vulgaire scientifique grincheux qui viendrait lui retirer des connaissances importantes sur la déesse égyptienne. Allait-il emporter les secrets dans sa tombe ? Ce serait au Scientifique d’en décider, Kil’hua n’était plus maître de son destin à présent…
Alors qu’il clignait des yeux, l’homme sortit un vaporisateur de sa poche. Le demi-dieu fixa l’engin avec un sourire amusé, se demandant ce qu’il allait entreprendre avec. Imaginez sa déception quand de l’eau glacée rencontra la chaleur de son visage, ce fut un petit soupir qui sortit de sa bouche, changeant pendant un court instant son visage gentil en quelque chose de plus malicieux. Bien sûr, son visage reprit rapidement son émotion naturelle qu’était la joie. Pensait-il que Kil allait fondre sous l’eau ? Etait-il à ce point stupide ? Non… Peut-être imaginait-il qu’en lui envoyant de l’eau, il réagirait comme les chats et deviendrait plus coopératif ? Cela ne marchait pas sur lui, enfin, l’effet inverse se produit. A la place de céder, il résista. En même temps, quelle stupidité l’avait donc piqué pour essayer d’asperger le fils de la déesse de la maternité ET de la guerre.
Les traits du visage restèrent les mêmes, mais les pensées changèrent. Là où il aurait volontiers aidé l’homme à comprendre la vie des dieux et le pourquoi il était descendu, il deviendrait un menteur, et donnerait des informations si fausses qu’elles en deviendraient drôles.
Quand le jeune homme commença à insinuer que sa mère ne l’aimait pas, il sourit plus fort encore, content qu’il pose la question. C’est vrai que beaucoup de personnes pensaient qu’il était le vilain chaton, comme dirait le scientifique, étant demi-dieu, il pourrait très bien être un enfant non attendu, mais loin de lui l’idée que sa mère ne l’aimait pas… Bastet avait été la meilleure mère qu’il aurait pu avoir en ce monde, alors il se devait d’être le meilleur fils possible.

“Je suis descendu pour apprendre, elle le sait et me comprend. Je dois avouer que jusqu’à maintenant, je suis assez étonné des moeurs des humains, mais c’est très intéressant !”

Le jeune homme eut soudain une idée. La malice était un trait de son caractère qu’il n’exploitait pas beaucoup, mais là, ça lui serait grandement utile…Pourquoi ne pas mentir de long en large, il savait jouer, c’était dans sa nature.
“Des frères ? Des soeurs ? Un père …”
Un sourire naquit sur son visage, pas joyeux. Il faisait exprès d’abuser les traits de la folie en prenant une tête digne des plus grands allumés, et regarda l’homme avec un regard sombre.

“Je les ai tués, il me gênait.”
Il laissa ses yeux se balader sur le visage du scientifique avant d’exploser de rire, un rire d’enfant qui venait de voir de quelque chose de drôle. Il se calma en soupirant doucement avant de reprendre d’une voix joyeuse.

“Je n’ai pas de soeurs, pas de frère, et mon père est mort.”

En faite, il n’avait jamais rencontré son père, et ne voulait pas spécialement le voir. Si Bastet avait quelque chose à cacher, c’était pour une bonne raison, et ça, Kil’hua pouvait l’accepter. Ses yeux se posèrent ensuite sur l’homme avec un sourire doux

“Et vous ?”

Il était prêt à se reprendre un coup de vaporisateur.
L. « Dragon » Cadelían
L. « Dragon » CadelíanScientifique instigateur
Date d'inscription : 22/12/2018
Messages : 16
Profil Académie Waverly
À un hiéroglyphe de différence ❞ – Kil'Hua EmptySam 2 Fév - 18:31


“I realized one day that I hate this world.
Míw et M'w
Ft. Kil'Hua




Tu notes avec une pointe de déception que la giclée d'eau ne lui fait ni chaud ni froid. Mordillant l'intérieur de ta joue, comme toujours quand tu es contrarié, tu barres quelque chose dans tes notes, corrige tes données. Le fils d'une déesse-chat ne partage pas les réactions instinctives d'un chat, ou du moins pas celles liées à l'eau et au spray en pleine poire. Tch. Dé-ce-ption. Tu l'imaginais déjà se hérisser comme un chat en colère et feuler de toutes ses forces.
L'expression du demi-sang changea une microseconde, pas assez longtemps que pour que tu sois certain d'avoir bien vu, pas assez que pour que tu sois certain de ce que tu avais vu. Décidant que tu avais tout imaginé, tu revins à tes notes.

Le demi-sang souriait, et ce sourire s'accentuait à chaque nouvelle question qui s'échappait de tes lèvres. Haussant un sourcil inquisiteur, tu ne fis toutefois pas de commentaire. L'autre était amusé, tu le voyais, et ça te ne plaisait pas. Bon sang, il était coincé dans une prison, à la merci du premier venu, et il souriait comme un imbécile bienheureux. Était-il donc inconscient de sa position, de la situation ? Probablement pas. Certains dieux, certaines créatures ne se préoccupaient que peu des humains. Leur capture était aisée et la désillusion à leur arrivée était aussi brutale qu'enchanteresse pour toi.

Sa réponse n'éveilla rien en toi. Du moins, rien de visible. Ton expression resta de marbre, ton stylo-bille s'agita frénétiquement sur ton bloc-notes, mais dans ta tête c'était le bordel. Descendu pour apprendre ? Était-ce une métaphore pour décrire un monde "des dieux", ou bien vivaient-ils en hauteur ? Une montagne, peut-être ? Tu relevas à peine la malice de sa phrase, probablement destinée à te faire réagir. Les mœurs des humains ? Désignait-il ainsi cette traque dont tu étais l'instigateur, cette chasse aux dieux ? Alors si c'était cela, oui, tu le rejoignais sur ce point : oui, c'était diablement intéressant. Mais surtout pour toi, et ta race.   « Les mœurs humaines ? En quoi diffèrent-elles des mœurs divines ? » Il est vrai que selon les textes antiques, les dieux avaient des mœurs bien à eux, qu'ils soient égyptiens ou non. Ce que tu aimerais savoir, c'est s'ils suivent encore ce qui est décrit dans ces vieux textes ou si, par chance, ils auraient eux aussi suivis une voie d'évolution. Il va sans dire que tu nourris de gros doutes à ce sujet : si les dieux avaient un tant soit peu évolué, ça se saurait. Pour preuve (ou pas), ils ne croupiraient pas dans les sous-sols de Catharsis, dépendant du bon vouloir de leurs propres créations.

Comme pour te donner raison, voilà que l'autre t'annonce sur le ton de la conversation que nope, il n'a d'autres relations familiales que sa mère, puisqu'il a éliminé ceux qui le gênaient. Belle preuve de belles et viables mœurs. Un parfait exemple de créature apte à vivre en société.

Ton bic martèle avec agacement ton bloc-note alors que l'enfant car à tes yeux il n'est qu'un enfant, éclate de rire, comme ravi de sa propre blague, avant de se démentir. Tu souffles avec agacement et une fois de plus le souvenir de ton fils s'impose à toi, alors que tu regardes l'autre s'amuser comme un petit fou à te faire tourner en bourrique. Quelle justice il y a-t-il là-dedans ? « Malicieux comme un chaton, à ce que je vois. » Ton neutre, regard inexpressif. Mais ça ne t'empêche pas de lui reflanquer une giclée d'eau froide, pour faire bonne mesure. « J'aurais espéré que tu aies récupéré plus d'attributs félins de ta mère. C'est décevant… nous ferons des tests d'équilibre plus tard. » Histoire de voir s'il retombera sur ses pattes quand tu l'auras balancé du haut du mur de la prison.

Puis soudain, l'illumination. LA question. Celle qui, peut-être, te donnera plus de pistes que ce jeu du chat et de la souris. « Ton père. Parle-moi de ton père. » Si tu parviens à lui faire cracher le morceau sur comment Bastet et lui se sont connus, peut-être pourras-tu utiliser cette piste pour les chasseurs. Et s'il crache son identité, alors c'est le jackpot final.
Enfin, tu l'espères.




_________________
Kil'hua
Kil'huaFils de Bastet
Date d'inscription : 22/12/2018
Messages : 8
Profil Académie Waverly
À un hiéroglyphe de différence ❞ – Kil'Hua EmptyDim 10 Fév - 15:55
Les questions avaient fusées et les réponses s’ensuivirent avec la même vitesse, était-ce l’origine de pourquoi l’homme devant Kil’hua cachait ses émotions ? C’était étrange, très étrange L’humain semblait vouloir rester le plus professionnel, mais quelque chose devait peut-être le piquer ? L’énerver ? Le faire sortir de son jeu d’acteur ? S’il continuait à cacher sa vraie personnalité, le petit chat ne pourra jamais apprendre de lui, alors, à mesure que les secondes passaient, le jeune homme comprit

Ils étaient en pleine bataille d’information. Là où le demi Dieu voudra savoir les mœurs des hommes, et de celui qui l’interrogeait, ce dernier voudra connaître les dieux pour mieux les capturer, logique, mais dangereux. Il en revenait donc de Kil’hua de rester très secret face aux questions de l’homme, qu’il ne connaissait pas du tout. Aucune information personnelle n’avait été donnée par le scientifique depuis le début de l’entretien, et cela l’ennuyait profondément. Lui qui voulait se faire des amis pour comprendre leur point de vue, il se heurtait à un mur de professionnalisme, peut-être arriverait-il à le faire craquer ? Peut-être pas, en tout cas, cet humain était intéressant…

Les yeux du scientifique étaient curieux, ils examinaient tout ce qu’ils avaient à disposition, Kil’hua fit donc la même chose, déshabillant l’homme du regard, ses notes devaient être très intéressantes, vu qu’il passait le trois quart du temps à gribouiller ou écrire, le voler serait utile, pour savoir ce que les humains cherchaient chez lui.

La question sur les mœurs des dieux se posa et il sourit doucement en regardant l’homme avec un air de tristesse :

“Les dieux ont le sens du respect… Enfin la plupart…”

Les humains s’en prenaient aux divinités, pourquoi ? Il ne savait pas, mais il voulait le découvrir, et alors peut-être pourra-t-il créer un monde où dieux et humains vivraient en cohabitation.... Pour beaucoup, ce n’était qu’une utopie, mais pour lui, c’était un rêve…

Le scientifique continua de parler, sur le fait qu’il était malicieux comme un petit chat, et Kil’ se prit un coup d’eau sur la figure, il soupira en l’essuyant, passant sur le détail du respect encore une fois.

Quand elle parla de son père, ses oreilles ne purent s’empêcher de se dresser sur sa tête, et il regarda avec la plus grande concentration l’humain. Savait-il quelque chose sur son père ? Non, il voulait savoir quelque chose, sûrement pour comprendre comme il était né, mais malheureusement pour lui…

“Je n’en sais pas plus que vous. Il m’a abandonné, tout ce que je sais…”

Il grogna tout doucement en repensant à l’eau sur le visage, et ses yeux se plantèrent sur l’homme :

“Vous vous dites scientifique mais vous n’êtes pas capable de respecter votre prochain, pourquoi tant de méchanceté envers nous ?”


Sa tête n’avait rien de supérieur ou de quelque chose qui aurait pu être énervant, elle était innocente, pure comme un enfant. On pourrait le comparer à un chaton qui essayait de comprendre pourquoi sa mère tuait la souris qui passait par là, et ses yeux transmettaient tout cela en fixant ceux du scientifique.
L. « Dragon » Cadelían
L. « Dragon » CadelíanScientifique instigateur
Date d'inscription : 22/12/2018
Messages : 16
Profil Académie Waverly
À un hiéroglyphe de différence ❞ – Kil'Hua EmptyDim 24 Fév - 12:59


“I realized one day that I hate this world.
Míw et M'w
Ft. Kil'Hua




Un rictus déforma tes lèvres. Les dieux ont le sens du respect... enfin, la plupart. Oui, effectivement, la plupart. Morrigan n'avait pas été de ceux-là, puisqu'elle avait piétiné amour et respect pour atteindre ses objectifs, piétiné le corps inerte de son propre enfant. « Ça se saurait si c'était vrai. » Toi, amer et sarcastique ? Si peu, si peu. Tu n'es pas composé d'eau, tu es composé de sel. Tu comprends qu'il sous-entend que toi, humain, tu n'as aucun respect pour les autres, et cela t'arrache un rire froid. « Les déités n'ont jamais respecté les Hommes. Jamais. Tous ces sacrifices faits dans la peur, toutes ces fêtes organisées en leur honneur... tout ça pour flatter des égos surdimensionnés. Ne viens pas me parler de respect, chaton, alors que les tiens nous ont utilisés des millénaires durant. » Probablement la plus longue tirade qu'un pensionnaire te tirerait. Tu n'as pas l'habitude de t'épancher face aux autres, mis à part quand tu roules sur le table mort bourré.

Tu notes non sans intérêt ses oreilles se redresser alors que tu t'engages sur le terrain de sa parenté. Aah. Un petit sourire satisfait étire tes lèvres alors que tu annotes son dossier. « J'en sais plus que ce que tu ne crois. » Et avec ça tu le tiendras peut-être dans le creux de ta main. Il n'y a rien de plus doux que de faire miroiter quelque chose devant une âme désespérée pour le briser ensuite. Tu ne peux néanmoins t'empêcher de maudire ce père qui abandonne ainsi son enfant, alors que ton cœur restera vide, privé malgré toi de cet enfant pour lequel tu aurais tout donné.

Sa dernière question ravive en toi la flamme de la haine et de la colère. Lentement, tu refermes ton carnet qui disparait dans les grandes poches de ta blouse, tandis que ton stylo-bille rejoins la poche de cœur, à laquelle est épinglé ton badge nominatif. « Un scientifique devrait-il respecter ses sujets d'études, s'ils ne sont pas destinés à survivre ? » Tu recommences à lui tourner autour, le jaugeant. On dit que les meilleurs mensonges sont fait de semi-vérités. Quelle chance, tu es un menteur hors pair, et tu sais exactement quelle vérité tu pourrais tordre pour l'amener à te manger dans la main. Enfin, tu penses le savoir. « M'accuserais-tu de maltraitance, Kil'Hua ? Ta... chambre est grande, et tu peux te balader librement dans l'enceinte du bâtiment. Certains sont moins bien lotis que toi. » Tu t'arrêtes finalement face à lui, et ta main s'approche lentement de son visage. Ce chat dont tu t'étais autrefois occupé t'avais appris à la dure que vouloir lui caresser la tête en approchant trop vite ta main te garantissait une bonne morsure. Tes doigts se refermèrent sur son menton, pour lui faire relever la tête. « Autrefois une déesse m'a donné un fils, mais cette déesse était égoïste et sans cœur, et elle a décidé que je ne pourrais le voir grandir. Les dieux sont tous les mêmes, petit chat. Ils prennent, ils prennent sans donner, et tu voudrais que je continue à être leur gentil servant dévoué ? » S'il en sait plus que ce qu'il ne t'en dit sur son père, il saura qu'il n'est pas cet enfant. Mais si son cœur désespère à l'idée de trouver des informations sur son géniteur, tes paroles pourraient l'embrouiller, poser en lui les germes du doute.

Tu relâches son menton et recules d'un pas, tes yeux écarlates balayant le visage de Kil'Hua, observant chacune de ses réactions.


_________________
Kil'hua
Kil'huaFils de Bastet
Date d'inscription : 22/12/2018
Messages : 8
Profil Académie Waverly
À un hiéroglyphe de différence ❞ – Kil'Hua EmptyDim 24 Fév - 14:57
Le jeune dieu regardait le scientifique avec un sourire amusé, il avait donc des sentiments, c’était déjà un exploit que d’avoir découvert cela. Il se demanda s’il possédait des amis, car, vu son comportement froid et agressif, aucun humain ne devait vouloir approcher un tigre glacial. Ce n’était pas le sujet, il le savait, mais quelque chose, au fond de lui, le poussait à savoir, savoir pourquoi il ressentait tant de colère à son égard, ou était-ce de la haine ? Il n’arrivait pas à le différencier, et cela l’embêtait. L’humain essayait de connaître les dieux, mais les dieux ne voulaient pas le connaître. Etait-il vexé ? Non, ce serait stupide et son intelligence était trop importante pour cela, alors il ne restait qu’une option.

L’homme devait avoir perdu quelque chose de cher à cause d’un dieu, un ami, un membre de sa famille ou même quelques choses de matériel. Kil’hua pencha la tête en souriant doucement au scientifique, il se laissait enfin envahir par ses sentiments, c’était bien. L’homme balançait des informations que le demi-dieu récoltait avec ses oreilles dressées. Tout cela n’était pas un jeu, ça n’était pas amusant mais intéressant, c’était donc une leçon… Mais pour qui ? Une leçon pour l’humain rongé par la haine envers les dieux ? Ou une leçon pour le demi-dieu qui cherchait à comprendre une race bien trop compliquée pour une personne ? Nul ne le savait, mais les deux personnes semblaient bien fixer à un objectif:

Découvrir ce que l’autre cachait.

Il sourit doucement en entendant les dires du scientifique, il savait des choses sur lui ? Grand bien lui fasse, Kil’hua n’en avait rien à faire. En quoi sa vie devait être cachée ? Il rigola doucement en regardant l’homme avant d’ouvrir sa bouche. Ses crocs purent se faire voir, tandis que ces mots vinrent détruire l’idée du scientifique. Il voulait lui apprendre une chose sur lui ? Il savait qui il était, et qui il serait…

“Je n’en doute pas monsieur le scientifique, mais en ai-je quelque chose à faire ? Je ne crois pas…”

Le jeune demi dieu se redressa quand le prédateur vint lui tourner autour, essayant de faire peur au demi-dieu avec des allusions mortelles et du chantage vulgaire… Kil’hua émit un petit rire à l’entente de son sois disant destin. Le scientifique ne savait donc rien sur lui, et ne retenait rien, l’idée que Kil’hua put mal le juger vint ébranler son esprit. Pourquoi revenait-il sur une question à laquelle il avait déjà une réponse ? C’était stupide…

“Comme je vous l’ai déjà dit, monsieur…” Il ne méritait plus le grade de scientifique vu les erreurs qu’il faisait aux yeux de Kil’hua. “J’ai choisi moi-même de venir dans cette endroit, si j’y meurs, alors ça voudra dire que les humains sont ce que les dieux les plus stupides pensent…”

Le demi-dieu regarda l’homme dans les yeux, fier et mature, comme si en quelques phrases, il avait complètement changé de personnalité. En fait, le scientifique lui avait fait ressentir de la pitié. Il restait accroché à une idée, l’idée que les dieux étaient tous mauvais, alors qu’il avait un sujet devant lui pour détruire cette idée…

“Des expériences peureuses qui pensent plus à s’entretuer et s’amuser qu’à réfléchir”
Quand la main de l’homme vint tenir son menton, il grimaça, sachant pertinemment que l’humain allait chercher à le perturber, mais en aucun cas il ne s’attendait à ce qu’il fasse une allusion à son père. Oui, il avait toujours eu envie de rencontrer son père. Oui, il avait pleuré des centaines d’heure en pensant qu’il n’était qu’un enfant fait par erreur, et Oui, il s’en était voulu tant de fois d’être né, mais pas une seule fois il s’était dit que son père était un lâche ou que sa mère l’avait pris de son père.

L’idée était bonne, incroyablement bien manoeuvrée, mais une chose manquait à cette idée. De l’émotion, et même si l’homme semblait être un génie de la science, il ne pourrait jamais égaler le fils de la déesse de la joie du foyer. L’émotion, c’était ce pourquoi il était né, c’était ce pourquoi il avait toujours cherché à comprendre les humains, c’était ce pourquoi il était dans cette prison.

Alors même si son coeur se serra pendant une demie seconde à l’idée qu’il est trouvé son père, un sourire prit la place de la grimace sur son visage de douceur

“Mon père était un humain et il m’a abandonné, il m’a pris l’amour paternel…”

Un sourire bien plus étrange apparut, fait à partir de vérité pure et de dégoût, mais ce dernier sentiment n’était pas destiné à l’homme qui l’avait abandonné, mais à l’humain qui se trouvait devant lui.

“..et suivant votre raisonnement, je devrais détester tous les humains parce qu’un seul de leur race a été lâche ? Ecoutez moi, Votre enfant, j’en suis désolé pour vous, mais je m’attendais à un scientifique, à quelqu’un qui saurait réfléchir dans le sens du progrès et non pas dans le sens qui lui était chère.”

Le jeune homme s’était approché du soi-disant scientifique, étant plus petit que lui, il leva la tête pour le regarder, son visage était sérieux et très étrange pour quelqu’un qui le connaissait …

“Je suis désolé de voir les humains si apeurés par ma race, mais de ce que je sais, aucun dieu censé n’a dit à un homme de tuer un membre de sa race. Aucun dieu censé n’a jamais dit à un romain de tuer un égyptien. A la fin, quand vous avez fait votre massacre, vous nous regardez en disant que c’est pour nous que vous avez fait ça, mais vous êtes juste des lâches qui n’assument pas le fait qu’ils ont trop peur de la conséquence de leur acte. Mais ai-je de la haine envers une race qui s’entretue en renvoyant la faute sur nous ? Non, je me suis toujours donné des raisons, j’ai cherché, cherché et cherché pour trouver pourquoi vous êtes si méchants envers nous…

Une personne stupide apprend les choses, une personne sage apprend à les utiliser…

Vous avez fait des erreurs, mais vous ne vous corrigez pas… Assez intelligent pour créer des armes incroyables, mais trop stupides pour voir l’horreur de ces armes… “


Le jeune demi dieu partit s’asseoir sur son lit en soupirant, aucun sourire ne se trouvait sur son visage, juste de la tristesse, il était triste de voir ce qu’il voyait...
Contenu sponsorisé
Profil Académie Waverly
À un hiéroglyphe de différence ❞ – Kil'Hua Empty